Magic Cats
Bienvenue sur Magic Cats! Découvre la puissance du futur et les dangers qui l'entoure. Des clans qui se battent pour l'humanité et détruire les Dieux destructeurs. Si tu as envie de participer à la bataille où bien la détruire avec de la magie, tu es le bienvenu au sein du forum MC!

Magic Cats


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 With their tanks. And their bombs. In your head, they're still fighting... [PV Désir Inavoué]

Aller en bas 
AuteurMessage
Glace Eternelle
« La faiblesse de ton coeur est celle de perdre ce qui t'es précieux... » †
avatar

Miaulements : 329
Points : 283
Date d'inscription : 19/08/2012
Age : 20
Localisation : † On the Boulevard of Broken Dreams. †

Identification
Nom du chat: Glace Eternelle
Clan: Fléau
Rang: Guerrier

MessageSujet: With their tanks. And their bombs. In your head, they're still fighting... [PV Désir Inavoué]   Lun 27 Mai - 18:38


I walk a lonely road. My shadow's the only one that walks beside me...

Glace Éternelle ϟ Désir Inavoué


Mon dieu, qu'il fait soleil ! La saison des feuilles nouvelles a mis du temps à revenir. Mais maintenant, elle est là. Et en force. Il n'y a pas beaucoup de nuage. Presque pas. Le ciel est bleu. Clair. Le soleil brille. Il y a un peu de vent. Un petite brise. Mais moi, le vent ne me dérange pas. Au contraire. Cela me rafraichit. Me fait du bien. Il fait déjà trop chaud pour moi. Si ça continue, mes glaces vont finir par fondre... Même à l'ombre, je sens le soleil. Je le sens taper sur mon épaisse fourrure. Je suis un chat du froid. Un chat de la neige. Un chat des montagnes. Je ne me sens pas bien ici. Où la chaleur est permanente. Peut-être devrais-je l'écouter. Écouter ce chat étranger. Et le suivre. Celui qui m'a parlé. Celui qui m'a attaqué. Lui-même que j'ai rencontré il y a plusieurs lunes. J'hésite.

Je sors de mon petit coin d'ombre et je m'étire. Doucement. Calmement. J'aimerai chasser, oui. Il y a un bout de temps déjà que je n'ai pas mangé quelque chose. Seulement, je ne pense pas vraiment que je devrais. Ce serai dangereux et cela laisserait des traces. Pourquoi ? Car je ne suis simplement pas sur mon territoire. Et oui. N'est-ce pas le devoir d'un espion de voyager entre les Terres des Clans ? Je suis aux ordres de mon chef. Même si actuellement, je ne suis pas vraiment en mission. Disons que, j'ai pris l'initiative. Mon chef se méfiait au sujet du Clan de l'Eau. Avait des doutes. Alors je suis parti. Presque immédiatement. Sans prendre le temps de manger. Et me voilà ici. Entre ruisseaux et buissons. Seul. Le ventre vide. J'ai faim. Oui. Mais je ne chasse pas. Je joue la prudence.

Alors voilà. Je me lève et je m'étire. Lentement. J'ai tout fait pour effacer au mieux mes traces. Ma présence. Pour l'instant, je n'ai aucun doute. Ils ne peuvent pas me trouver. Je hume l'air. Je m'assure qu'il n'y ait aucun félin du Clan de l'Eau dans les environs. Et non. Il n'y a personne. Lentement. Discrètement. Je sors de ma cachette. De mon petit buisson. Je l'ai souvent observé depuis nos Terres. Il n'est pas très loin de la frontière entre nos deux Clans. Il est assez large. Cela me laisse donc le temps de partir en cas de problème. Ce buisson est aussi un bon endroit stratégique. Je me doutais qu'un jour j'en aurais besoin. Donc, je suis sorti de ma cachette pour avancer. Je sais que mon pelage blanc comme neige ne m'aide pas. Mais j'ai appris à passer inaperçu. Tel un fantôme.

J'avance lentement. Le ventre tapis contre le sol boueux. Oui. Je suis entre rivières et buissons. Le sol est froids et trempé. Très désagréable. Cela me répugne de marcher dessus. Pire, de devoir m'y coller. Mais je n'ai pas le choix. Et je continue à avancer. Les oreilles droites. Les sens en éveil. Prêt à réagir. J'avance de plusieurs pas. Puis le vent se lève. Une légère brise me souffle dans le dos. Zut ! C'est mauvais ça. Certes, j'ai fait une toilette pour effacer le plus possible les odeurs du Clan du Fléau. Mais je vis là-bas depuis de nombreuses lunes. Il m'en reste forcement des traces. J'observe vite les alentours. Je ne sentais pas vraiment d'ennemis jusqu'à maintenant. Mais avec le vent dans le dos, je ne peux plus les sentir s'approcher. Pire encore. Eux le peuvent. Je préfère jouer la prudence. J'observe donc. Et je repère un terrier. Non loin de ma position. Je m'y faufile discrètement. C'est un vieux terrier abandonné. Entre deux cours d'eau. Il est petit. Mais suffisamment grand pour moi. La terre est humide. Le sol boueux. Mais je n'ai rien d'autre. J'y rentre.

Je ne sais pas exactement combien de temps je reste dans cet endroit. Ce lieu désagréable. Ce n'est plus un terrier de terre. Il ne reste que de la boue. Humide. Froids. Petit. Oui, j'y reste un petit bout de temps. Suffisamment pour être sur qu'il n'y ait personne aux alentours. Puis je passe la tête hors de mon trou. Je jette un regard furtif. Je hume l'air. Il n'y a rien. Je sors donc et continue à avancer. Plusieurs pas. Calmement. Puis d'un coup, le vent se relève. En ma faveur cette fois. Et je la sens. Je sens un odeur. C'est un chat. Je l'identifie parfaitement. Oui, je suis formel. C'est un chat du Clan de l'Eau. Et pourtant, c'est étrange. J'ai l'impression que nos odeurs se mélanges. Un peu comme si.. Nous avions quelque chose de semblable. Mais je n'ai pas le temps d'y penser. Je regarde autour de moi. Il n'y a rien. Je ne peux pas me cacher. De toute façon, j'imagine qu'il m'a lui aussi sentit. Je ne bouge plus. Je n'ai rien d'autre à faire. Je dois bien l'admettre. Je me suis fait prendre. Je vais devoir me battre. Je ne bouge plus. J'attends...


© MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL


_________________



Étoile de la Licorne :
 

Spoiler:
 


Dernière édition par Glace Eternelle le Mar 30 Juil - 13:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Désir Inavoué
Chaton Sage
avatar

Miaulements : 49
Points : 91
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 21

Identification
Nom du chat: Désir Inavoué
Clan: Eau
Rang: Guerrier

MessageSujet: Re: With their tanks. And their bombs. In your head, they're still fighting... [PV Désir Inavoué]   Mer 29 Mai - 12:24

Que fais-tu ici, étranger ?
~ Désir Inavoué & Glace Eternelle ~


Désir Inavoué s'était levé à l'aube, juste après le départ de la patrouille matinale. Encore une fois, personne ne l'avait vu profiter de ce début de journée. Il était alors sorti de sa tanière, après une rapide toilette. Une fois son poil mis en place, il s'était longuement étiré afin de faire jouer ses muscles en prévision de la journée qui s'annonçait. Le temps était plutôt agréable. Dans un ciel d'un bleu magnifique, semblable à ses yeux, une seule boule irradiait. Le soleil dardait ses rayons sur toutes les terres des clans, les alentours compris. Au vu des températures, sa lumière touchait pleinement toutes les terres existantes, du moins, c'était ce que supposait Désir Inavoué. Il ne connaissait pas le monde et n'avait pas envie de le découvrir. Sa vie ne l'intéressait plus autant que lorsque sa sœur était encore à ses côtés. Il soupira à cette pensée et réfléchit. La journée était magnifique, aussi se décida-t-il rapidement pour une partie de chasse. En solitaire, comme à son habitude. Ladite habitude lui convenait très bien, car il sentait que ses camarades n'étaient pas pleinement à l'aise en sa compagnie, même si certains semblaient l'apprécier.
Il se leva donc de la position assise qu'il avait choisi durant sa courte réflexion et s'avança. Il dévora rapidement une proie afin de ne pas avoir l'estomac vide. Il rapporterait au moins trois fois cela, décida-t-il. Servir son clan était son principal objectif. Mais il passerait derrière la vengeance de sa sœur adorée, s'il venait à se trouver en face de son assassin. Tous le savaient mais, en attendant, il était un excellent combattant et rapportait toujours de quoi nourrir les siens, lorsqu'il partait. Ce genre d'expédition arrivaient presque tous les jours, à moins qu'il ne soit appelé pour d'autres taches, comme une patrouille. Il n'en faisait pas régulièrement, mais il ne lui serait jamais venu à l'idée de se désister s'il était nommé pour l'une d'elles. Ainsi, il existait une sorte de statut quo entre son clan et lui. Il en faisait partie et s'y soumettait, mais on ne lui demandait que peu de choses. Et cela arrangeait tout le monde, aussi, personne n'était jamais venu lui demander la raison de cet éloignement. Sinon, il aurait eu quelque peu de mal à se justifier.
Une fois sorti de son clan, il se dirigea vers les ruisseaux du Dragon. Le nom de l'endroit lui plaisait et il pouvait pêcher en toute quiétude, malgré la proximité des territoires ennemis. Il n'avait jamais créé d'ennuis, ce n'était pas aujourd'hui que cela allait commencer. C'était la raison pour laquelle ce lieu paisible était l'un de ses préférés : trop près de l'ennemi, peu de chats venaient. Il se dirigea donc vers cet endroit, espérant que sa chasse serait fructueuse. Pour une fois, il avait envie de s'allonger au soleil, afin que son pelage sombre se gorge des rayons chauds. Cela serait agréable car, même s'il ne ressentait pas le froid, l'hiver avait été désagréable pour tous. Cette sensation de chaleur effacerait rapidement l'épreuve dont ils sortaient. Dans un silence parfait, il avançait. D'un pas rapide mais souple. Il n'était absolument pas pressé, bien qu'il eut envie d'expédier sa tâche au plus vite, aussi prit-il son temps pour atteindre son objectif. Une fois sur place, il embrassa du regard l'endroit.
Les petits ruisseaux coulaient paisiblement, dessinant dans leurs méandres la forme du reptile cracheur de feu qui leur donnait son nom. Les pierres qui composaient le sol, le rendant imperméable, brillaient d'une douce lueur, à cause du reflet de l'astre solaire. Les arbres poussaient de part et d'autre du passage de l'onde, formant un fond coloré de teintes vertes et brunes, mouvantes grâce au vent qui faisait bruisser les feuilles. Le calme de l'endroit fut comme une bouffée d'air frais. Le silence n'était pas total, mais il n'y avait aucune agitation, ce qui était toujours agréable après avoir dormi entre les respirations de ses camarades. Une légère odeur d'herbe et d'eau, affaiblie par la brise, lui parvenait. Il appréciait pleinement l'endroit, sa beauté et son calme, son fumet et sa pureté, ses couleurs et ses légers bruits. C'était ce qu'il lui manquait, du moins en avait-il l'impression.
Il voulut se poster sur la berge afin d'entamer une petite pêche, lorsque le vent tourna, lui révélant la présence d'un individu étranger à son clan. La provenance de l'odeur lui apprit également que cet étranger avait pénétré sur ses terres. Ses babines se retroussèrent sur ses crocs. Une chose lui était détestable. C'était de transgresser les règles qui les faisaient vivre dans une relative harmonie. Aussi, après avoir rapidement localisé l'intrus, il sauta dans un arbre, utilisant ses griffes afin de percher sur une grosse branche. Depuis ce perchoir, il aperçut une fugitive tache blanche sur le gris et le brun du sol. Il ne fit aucun bruit, malgré l'envie de feuler qui montait en lui. Il préféra également ne pas utiliser son don afin de décider de ce qu'il fallait faire de ce chat. S'il ne faisait que passer et retournait sur d'autres terres que les siennes, il le laisserait en paix. Mais s'il s'obstinait à empiéter sur ce sol qui n'était pas le sien, il le chasserait.
Profitant du fait que le chat couleur de neige s'éloignait, il sauta au sol et, sans un bruit, s'approcha. Puis il remonta dans un arbre plus proche, ce afin de surveiller les alentours. L'étranger ne penserait pas tout de suite à lever les yeux, aussi bénéficierait-il de l'effet de surprise si un combat venait à se déclencher. Il attendit. La patience et la calme qui constituaient deux points de son caractère lui permirent de ne pas bouger un muscle durant ce délai. Son pelage noir se fondait dans les ombres mouvantes du feuillage. Il était indétectable, ou presque. Mais le vent soufflait vers lui, bien qu'il soit un allié versatile. L'étranger ressortit finalement du terrier où il avait du se cacher, lorsqu'il avait perçu sa présence. Il semblait méfiant. Ce pelage clair sembla familier à Désir Inavoué, mais il laissa l'autre faire quelques pas avant de révéler sa présence. Une fois qu'il fut plus proche de lui, il s'apprêta à sauter. Le vent tourna alors, trahissant sa présence. L'ennemi eut un mouvement de recul, chercha une issue, puis sembla se résigner.
La chat au pelage de jais sauta au sol. Ses yeux bleus se fixèrent dans ceux de son adversaire - du moins allait-il rapidement en devenir un s'il se décidait à rester - et il nota qu'ils étaient de la même couleur. Etrangement, si leurs yeux étaient semblables, leurs pelages étaient à l'opposé. Tous deux immaculés, l'un était blanc, l'autre noir. Le Ying et le Yang, le Bien et le Mal. Ces deux idées étaient semblable, était-ce leur cas à eux deux ? Un frémissement dans son odeur lui indiquait qu'ils partageaient quelque chose, mais seuls leurs ancêtres savaient de quoi il retournait. Répugnant à prendre la parole, Désir laissa un léger blanc passer dans la discussion qui s'amorçait. Mais, étant sur son territoire, il se résolut finalement et lança d'une voix basse mais hargneuse :
-Tu es sur les terres du clan de l'eau. Pars vite si tu ne veux pas que je te chasse.
Il laissa l'étranger digérer ses paroles puis fit un pas en avant. Tout dans son attitude montrait sa résolution à accomplir ce qu'il avait annoncé, il ne reculerait pas. Comme pour le souligner, il avança encore.


Code by Lorelei J. Lewellyn sur Epicode. NE PAS RETIRER LE COPYRIGHT.

_________________


Merci Samael !
Clique sur la note de musique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glace Eternelle
« La faiblesse de ton coeur est celle de perdre ce qui t'es précieux... » †
avatar

Miaulements : 329
Points : 283
Date d'inscription : 19/08/2012
Age : 20
Localisation : † On the Boulevard of Broken Dreams. †

Identification
Nom du chat: Glace Eternelle
Clan: Fléau
Rang: Guerrier

MessageSujet: Re: With their tanks. And their bombs. In your head, they're still fighting... [PV Désir Inavoué]   Sam 1 Juin - 12:54


Don't know where I go, but it's home to me and I walk alone...

Glace Éternelle ϟ Désir Inavoué


Le vent se lève. Doucement. Une légère brise. Elle m'apporte une odeur. Oui. Cette odeur. Celle du chat du Clan de l'Eau. Il est là. Alors je ne bouge plus. Je m'arrête. Et j'attends. Je n'ai rien d'autre à faire de toute façon. Je ne peux rien faire. Fuir ? Je suis déjà repéré. Il peut me rattraper. Me battre ? Je ne vois toujours pas mon ennemi. Il pourrait me sauter dessus n'importe quand. Alors je reste là à attendre. Il finira bien par apparaitre. Je sais. Et j'ai raison. Après quelques instants mon adversaire apparait devant moi. Ou plutôt, il atterrit. Il devait surement être en hauteur. C'est vrai. Il y a pas mal d'arbre par ici. J'aurais du y pensé. Je me maudis moi-même. Je suis trop déconcentré. Je viens de me faire prendre en pleine mission. C'est pas vrai.. Je n'arrive pas à faire le vide dans mon esprit. Ma tête est pleine. Pleine à craquer. Je n'arrive même pas à remplir une petite mission. Je pense trop. A toi, mon ange. Mais aide-moi maintenant. Aide-moi dans cette bataille.

Je regarde mon adversaire. Fixement. Il est un peu plus grand que moi. En même temps, pas trop dur. Je suis petit. La première chose sur quoi mes yeux se posent sont tout simplement les siens. Ses yeux. De grands yeux. Étrangement semblables aux miens. Bleu clair. Un bleu d'été. Un bleu de glace. Oui, je les regarde intensément. Identiques. Ce sont vraiment les mêmes que les miens. Mais, non. C'est impossible. Je pensais être le seul à avoir de tel yeux. C'est impensable. Mon regard de glace passe alors sur son pelage. Et je reste dessus plusieurs secondes, presque hypnotisé. C'est une couleur magnifique. Là où mon blanc est parfait et pur, son noir est intense. Et parfait. Un poil beau. Mi-long. C'est étrange. Mais il me fait vraiment penser à moi. Nos yeux sont semblables, mais pas nos apparences. Amy disait que chacun de nous avait un contraire. Une sortes d'opposé de soi-même. Le miens est-il ici ? Serait-il ici, près de moi, depuis tout ce temps ? Peut-être. Peut-être sommes-nous des extrêmes opposés. Aujourd'hui, nous sommes l'ombre et la lumière. Le jour et la nuit. Nous sommes le Noir et le Blanc.

Opposés. Contraire. Étrange peut-être. Mais ce qui me dérange le plus, ce ne sont pas nos différences. Ni même nos ressemblances. Mais son odeur.. Oui, elle a vraiment quelque chose d'étrange. Seulement, je n'arrive pas à comprendre quoi. Mais.. Nous avons quelque chose de commun. C'est évident. Cela expliquerai pourquoi je ne l'ai pas repéré tout de suite. Mon regard passe à nouveau sur ses yeux. Oui, ses grands yeux... Mon adversaire est face à moi. Et il me fixe également. Silence. Nous nous examinons mutuellement. La tension est presque palpable. Je ne parle pas. Je n'ai de toute façon pas l'intention de parler. Ce n'est pas à moi de le faire. Mais mon ennemi n'a pas l'air de vouloir prendre la parole non plus. Seulement, nous sommes sur ses Terres. En toute logique, c'est à lui de commencer. Je ne dis donc rien. Et j'attends. Après avoir laisser un blanc, il se décide enfin a parler. D'une voix basse. Des menaces..

« Tu es sur les terres du Clan de l'Eau. Pars vite, si tu ne veux pas que je te chasse. »

J'écoute bien ses paroles. Il s'imagine peut-être qu'il m’impressionne. Mais il se trompe. Cependant, il fait tout de même un pas en avant. Il est sur de lui. Oui, il veut que ce qu'il dit s'imprime bien dans mon esprit. Ne t'inquiète pas, j'ai très bien entendu. Mais je ne partirai pas. J'ai une mission. Et je dois l'accomplir. C'est mon devoir. Je ne suis qu'aux ordres de mon chef. Mon ennemi s'avance encore d'un pas. Surement pour insister. Je continue de le regarder dans les yeux. Fixement. Intensément. Je ne recule pas. Je ne tremble même pas. Je suis immobile. Tel une statue de glace. Il tente de m'intimider. Mais ça ne marchera pas sur moi. Je n'ai plus de cœur. Rien ne peux plus m'atteindre. Mais s'il le faut, je me battrais. Je suis suffisamment fort. Certes, il a un avantage. C'est un guerrier. Je suis un espion fin. Mais je suis rusé. Et grâce à Amy, je suis quand même assez équilibré. J'ai toute mes chances. Et en dernier recourt, j'utiliserai mes glaces. Et là, il ne pourra plus rien faire.

Je continue de le regarder. Détendu. Je laisse, moi aussi, passer un petit blanc. Je lui prépare une réponse qui, je pense, ne le fera pas douter. Je plisse légèrement les yeux. Je me prépare. J'inspire. Brusquement, je bande mes muscles. Et je saute sur mon ennemi. Griffes sorties. Ce n'est pas un jeu. Et ce n'est pas un apprenti. C'est une vrai bataille. Que je compte gagner. Pour mon honneur. Et pour mon Clan. Mon mouvement est rapide et précis. Mais j'imagine qu'il devait s'y attendre. Il a juste le temps d'esquiver. J’atterris et je me retourne vivement vers le chat noir. Je n'attends pas de voir sa réaction, et je tente une nouvelle attaque. Essayant de le griffer. Sans succès. Peut-être est-il meilleur que ce que je pensais. Tant mieux. Ce sera plus animé. Je cesse d'attaquer pendant un cour moment. Et je profite de cet instant pour parler à mon ennemi. D'une voix neutre, mais pleine de fierté.

« J'ai une mission  à accomplir. Et je la remplirai coute que coute. Peu importe les adversaires qui se mettent sur mon chemin. »

Ça y est. Le combat est lancé. Les opposés s'affrontent maintenant. Je ne doute pas de ma victoire. Ou sinon, presque pas. Je suis peut-être plus jeune, mais j'estime avoir plus d’expérience. J'ai beaucoup appris avant d'arriver dans les Clans. Et j'ai plus d'expérience de la vie. J'ai vécu plus de chose. Ce chat, qui est resté toute sa vie ici ne me battra jamais. C'est simplement impossible. Je le regarde dans les yeux. Tout se passe vite. Qui de nous attaquera l'autre ? J'avoue que j'aimerai qu'il me montre sa force. S'il le faut, je lui montrerai toute ma puissance. Alors, vas-y, attaque-moi.


© MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL


_________________



Étoile de la Licorne :
 

Spoiler:
 


Dernière édition par Glace Eternelle le Mar 30 Juil - 13:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Désir Inavoué
Chaton Sage
avatar

Miaulements : 49
Points : 91
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 21

Identification
Nom du chat: Désir Inavoué
Clan: Eau
Rang: Guerrier

MessageSujet: Re: With their tanks. And their bombs. In your head, they're still fighting... [PV Désir Inavoué]   Mer 5 Juin - 15:11

Combat entre deux âmes opposées et semblables
~ Désir Inavoué & Glace Eternelle ~


Le matou ne broncha pas, les mots du guerrier au poil sombre ne l'avaient pas atteint. C'est même à se demander s'il avait entendu. Mais ce devait être le cas car, à moins qu'il ne soit sourd ou dur d'oreille, rien n'avait pu gêner sa compréhension. Le vent soufflait doucement entre les feuilles, mais pas suffisamment fort pour que l'on ne puisse entendre quelqu'un en face de soi. De même pour le gazouilli des flots proches. Désir l'avait compris, en réalité, les mots qu'il venait de prononcer ne lui faisaient pas le moindre effet, voilà pourquoi il n'y réagissait pas. Il se savait peu impressionnant, en plus de cela. Tant pis, son adversaire verrait. En étant sur ses terres, il bafouait le code du guerrier et mettait possiblement en danger les siens. C'était donc une bonne raison pour lui montrer l'étendue de ses capacités. Physiques, d'abord. Il ne désirait pas gaspiller son énergie face à un chat qu'il pouvait battre au corps-à-corps. Mais s'il se révélait plus dangereux qu'il ne le paraissait au premier abord, Désir inavoué utiliserait son don. Le guerrier du clan de la Rivière savait en effet produire de la glace. Cela lui correspondait très bien et il avait appris à la maitriser jusqu'à atteindre un excellent niveau. Il aimait bien geler le sol, tout simplement car il était le seul à ne pas y glisser. Ou alors, plus simplement, il congelait des parties du corps de ses ennemis. Efficace, net et sans bavure.
L'autre le fixait. Son regard ne déviait pas d'un poil, ne partait observer nul détail quelconque du paysage. Mais lui non plus. Était-il aussi têtu ? Visiblement oui. Dommage, il allait devoir combattre afin de le chasser. Et il pourrait ainsi déployer ses talents et lui infliger une punition magistrale dont il se souviendrait encore longtemps. Il n'était pas spécialement vantard, mais, lorsqu'il s'agissait de son clan, il devenait particulièrement dangereux. Pourquoi ? Il n'avait pas de réelle réponse à cette question. Il défendait les siens, c'était ce qu'on lui avait toujours appris. Et puis, c'était le meilleur moyen pour qu'il reste en paix. Dernière raison, la meilleure selon lui, c'était le clan natal de sa sœur et celui de son meurtrier. C'était donc en restant dans ce clan et en se tenant au courant des détails des vies quotidiennes des autres qu'il pourrait peut-être attraper celui qui avait osé infliger cela à sa sœur adorée. Donc oui, il protégeait le Clan de la Rivière - son clan - au péril de sa vie, selon le code du guerrier qui faisait office de loi d'airain pour tous. Et cela tombait bien, car il y avait du combat dans l'air. Il le sentait à ses poils qui se hérissaient sur son échine. L'air s'électrifiait alors que leurs regards restaient fixés l'un dans l'autre. Mais plus de manière belliqueuse que romantique, surtout entre deux mâles.
Il avait deviné juste car, très peu de temps après, le matou au pelage couleur de neige lui sauta dessus. Ses griffes étincelèrent un instant, mais, lorsqu'elles se plantèrent, ce n'était pas dans sa chair. Il avait eu le temps de se décaler, de très peu, afin de rester près de son adversaire, mais suffisamment pour ne rien risquer de cette attaque. L'autre, utilisant sa prise dans le sol ferme, se retourna rapidement et attaqua immédiatement. Encore une fois, Désir, agile et véloce, esquiva l'attaque, pourtant précise. Mais il n'était pas encore assez rapide. Ses coups étaient puissants, mais cela se faisait au détriment de la rapidité qui était le principal atout du matou noir, même si c'était également une caractéristique de son adversaire. Celui-ci cesse d'attaquer pour lui déclarer fièrement :
-J'ai une mission à accomplir. Et je la remplirai coûte que coûte. Peu importe les adversaires qui se mettent sur mon chemin.
Désir Inavoué le sentit, c'était à lui d'attaquer. Et cela lui convenait car ce chat lui était désagréable. Comment osait-il ? Il fallait, certes, obéir à son chef, mais les ordres de leurs ancêtres primaient ! Et leurs lois étaient claires, on ne devait jamais attaquer un clan adverse. Soudain, il eut une illumination. C'était un espion. C'était donc pour cela qu'il ne craignait pas de pénétrer les terres des autres, c'était même son principal objectif ! Mais, dans ce cas, il ne voulait pas de bien à son clan. Cela revenait donc au même : il allait le combattre et, dans la mesure du possible, le battre. Une fois qu'il eut décidé de cela, il se sentit plus calme. Même s'il paraissait toujours à moitié endormi, il ne l'était pas pour autant. Il avait juste beaucoup de sang-froid, de maîtrise de lui-même et il n'aimait pas qu'on devine ses émotions. Il se cachait donc sous le voile d'un chat relaxé en toutes circonstances. Plus simple, estimait-il. Mais, en sachant qu'il allait combattre pour les siens, il ne faisait plus que paraître le clame. Il l'était, parfaitement concentré sur son corps et sur son adversaire. Son regard l'évaluait, le jaugeait, calculait la distance, estimait les stratégies, les imaginait puis les rejetait lorsqu'elles ne lui paraissaient pas assez bonnes. Il était doué dans ce genre de réflexion. Il savait trouver les meilleures techniques de combat. Et il les mettait tout aussi bien en application. Cependant, il sentait que son adversaire lui cachait quelque chose. Une capacité insoupçonnable ? Un don puissant ? Il n'en savait rien et continuait à se méfier, dans le doute. Sentant que le moment était venu, il déclara :
-Qu'il en soit ainsi. Tu obéis à tes ordres, j'obéis aux miens. Nous verrons à l'issue du combat ce qu'il en est.
Et il attaqua. Il fit un puissant saut dans les airs, du moins, aussi puissant que possible. Il avait visé légèrement à côté, pour que son adversaire l'évite aisément. C'est ce qu'il dût faire, car Désir Inavoué se réceptionna sur un sol ferme, souplement. Il fit volte face, prêt à tout et griffa sans attendre la suite. Il avait visé le visage, espérant abimer la vue de son ennemi. Sans attendre la suite, il se recula rapidement. Il sentait les attaques venir, parfois, ou du moins, devinait ce que son adversaire ferait, tout simplement car c'est ce qu'il aurait fait. Il était doué pour se mettre dans la peau de ses adversaires, autant en profiter. Il sentit effectivement un courant d'air passer. S'il était resté sur place, du moins c'était ce qu'il lui semblait, il aurait été blessé. L'ennemi avait plusieurs possibilités, mais ils étaient à égalité. Désir ne lui laissa donc pas le temps de se reprendre et d'élaborer une stratégie-éclair, il attaqua. Plantant ses griffes dans le sol, il se servit de ce solide appui pour se propulser contre son adversaire. S'il parvenait à le renverser - ce qui était le but de la manœuvre, il se retrouverait sur lui et lui grifferait le ventre de ses pattes arrières. Telle était son idée, s'il parvenait à l'appliquer. Ou plutôt, si son adversaire le laissait l'appliquer !


Code by Lorelei J. Lewellyn sur Epicode. NE PAS RETIRER LE COPYRIGHT.

Spoiler:
 

_________________


Merci Samael !
Clique sur la note de musique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glace Eternelle
« La faiblesse de ton coeur est celle de perdre ce qui t'es précieux... » †
avatar

Miaulements : 329
Points : 283
Date d'inscription : 19/08/2012
Age : 20
Localisation : † On the Boulevard of Broken Dreams. †

Identification
Nom du chat: Glace Eternelle
Clan: Fléau
Rang: Guerrier

MessageSujet: Re: With their tanks. And their bombs. In your head, they're still fighting... [PV Désir Inavoué]   Dim 9 Juin - 10:25


When it's time to live and let die, and you can't get another try...

Glace Éternelle ϟ Désir Inavoué


Immobiles. Deux chats. Noir et Blanc. Face-à-face. Et je parle. Doucement. Et calmement. Il ne me répond pas. Il ne dit rien. Et il y a un blanc. Un petit blanc. Léger. Mais on le sent quand même. Oui. On l'entend. Il n'y a rien d'autre que le bruissement du vent dans les blanches. Que quelques oiseaux qui osent s'approcher. Mon adversaire me regarde. Fixement. Je ne le lâche pas des yeux non plus. J'ai l'impression que, pendant un instant, il est perdu. Un court instant. Ou peut-être que je me fais des idées. Puis, on dirait que son regard change. Qu'il devient plus dur. Et plus sur. Comme s'il cherchait à comprendre. Ou comme s'il avait déjà compris. Il a l'air de se détendre. Même s'il l'était déjà beaucoup. Il me prends de haut ? Pense-t-il que je suis trop faible pour lui ? Oui, je suis un Espion. Et toi, tu es Guerrier. Ici, il y a son Clan. Moi, aujourd'hui, je suis tout seul. Il est sûrement plus fort que moi, je ne doute pas. Mais dans la bataille, il n'y a pas que la puissance. Il y a pleins d'autres facteurs pour décider de la victoire. Tu es peut-être plus fort. Mais je gagnerai. S'il le faut, mon pouvoir t'écrasera. La glace revivra. Et je gagnerai. Tu verra. Je cligne des yeux.

Je regarde l'autre matou. Dans les yeux. Intensément. Ses yeux bleus. Je ne les aime pas. Non. Trop ressemblant avec les miens. Trop bleus. Trop clairs. Trop glacé. Égoïsme ? Peut-être. Je le regarde. Il a vraiment l'air calme. Immobile. Il ne bouge pas. Parfaitement détendu. Ce chat noir a beaucoup de sang-froid. Un peu comme moi. Il est calme. Et ne laisse rien paraitre. Aucune émotion. Rien. Pas de joie ou de tristesse. Ni de colère. On ne sait pas à quoi il pense. Il reste neutre. J'avoue qu'il le fait bien. La statue de marbre. La coquille vide. Sans sentiment. Mais c'est étrange. Après tout, moi aussi. C'est ce que je fais depuis plus de 12lunes. Depuis qu'elle est partie. Rester de glace. Nuit et jour. C'est plus facile. Dans la vie. Comme dans les combats. Ainsi, personne ne me pose de question. Jamais de pourquoi es-tu triste ou joyeux. Parce que tu ne l'es jamais. Et c'est plus dur pour mes ennemis de prédire mes déplacements Ils ne peuvent pas voir si je me sens inquiet ou confiant. Mais, je ne sais pas. C'est pas toujours facile de voir ses gestes effectués par quelqu'un d'autre. Je fais le vide. Je n'y pense plus. Et le blanc continue.

On se regarde. On prévoit. On se jauge. Pendant un instant. Plus ? Peut-être. L'instant paraît long. J'en profite pour examiner d'autres détails de mon adversaire. C'est un mâle. Grand et fort. Je suis fort aussi. Mais petit. Suite à mes précédentes attaques, j'ai pu remarquer qu'il allie puissance et rapidité. Moi aussi je suis rapide. Même si je n'ai pas utilisé toute ma force. L'autre doit peut-être penser qu'il ne craint rien face à moi. Face à un petit espion sans réel puissance. C'est le but. Qu'il croit ce qu'il veut. Je le prendrai par surprise. Il verra bien bien. Là, je préfère m'économiser. Je tente d'élaborer une petite stratégie. Je tente seulement. Pas très longtemps d'ailleurs. Je peux être un assez bon stratège. Mais parfois, je préfère aussi me battre à l’instinct. Cela me rends plus imprévisible. Et j'aime ça. Je me sens plus libre. Plus sauvage. Comme un petit flocon. Qui vole de droite à gauche. Impossible de prévoir avec certitude où il va se poser. Il est libre comme l'air. Et je suis pareil. Je gagnerai. Aucun doute.

« Qu'il en soit ainsi. Tu obéis à tes ordres, j'obéis aux miens. Nous verrons à l'issue du combat ce qu'il en est. »

Il me parle. Je souris légèrement. Je ne sais pas trop pourquoi. Peut-être parce que c'est ce qu'un chat "normal" aurait fait. Mais alors, suis-je en train de devenir un chat normal ? Non, je resterai unique. C'est Amy elle-même qui me l'a dit. Je cligne des yeux et reviens dans l'instant présent. Il ne doute pas non plus. Il est prêt. Alors commençons. Et il commence. Rapidement. Il n'attends pas que je me prépare. Il attaque. Immédiatement. Enfin. Il me montre sa puissance. Je l'attends. Et il viens. Il attaque fort. Et rapidement. Seulement, il y a quelque chose d'étrange. Son attaque n'est pas précise. Je le sens. Il vise légèrement à côté de moi. Je ne comprends pas. Il ne peut pas être aussi mauvais. C'est un guerrier. Il le fait exprès. Mais je ne vois pas pourquoi. J'esquive l'attaque. En toute facilité. Lui se réceptionne sur la terre. Il ne m'a pas touché. Il ne m'a même pas frôlé. Je ne comprends pas pourquoi. Et je n'ai pas le temps d'y penser.

A peine atterri, il se retourne brusquement. Il attaque immédiatement. Sans attendre. Il lance des séries de coup de griffes. En direction de mon visage. Rapidement. Oui, il est rapide. Mais moi aussi. Et j'esquive toutes ses attaques. Quelques unes de justesse. Mais il ne me touche pas. Et c'est le principal. Il s'arrête. Et se met à reculer. Heureusement pour lui. Je l'aurais transpercé de mes griffes. Mais il recule et évite mon attaque. Je recule aussi. En prévision d'une riposte. Je dois bien l'admettre. Ce matou est plus fort que ce que je pensais. Peut-être mérite-t-il que je me donne vraiment à fond. Et que je lui montre mon pouvoir. Et bien d'accord. Je sens qu'actuellement, nous sommes à peu près égaux. Il faut en finir. Mais je n'ai pas le temps de continuer de penser. Le chat noir se sert du sol comme point d’appui. Et il s'en sert pour se propulser sur moi. S'il réussit à me bloquer, c'est fini. Je le sais. Seulement, à part tenter d'esquiver une attaque si violente.. Et même si j'y arrive, je n'en sortirais pas indemne. Bon. Une deuxième possibilité s'ouvre à moi. Et je la choisit. C'est sans doute la moins risquée. Mais avant de faire mon action, je parle.

« Ce n'est pas aujourd'hui que tu feras couler mon sang ! Ni demain, ni jamais. »

Je n'ai plus beaucoup de temps. Alors je m'y mets. J'inspire. La petite brise chaude laisse place à une brise plus froide. L'air tout autour de nous se rafraichit. Il fait plus froids. Mais moi, je ne le sens pas. Tout autour de nous, il fait froid. Je suis même sûr qu'on peut voir un peu de buée. En observant bien. Mais là n'est pas la question. Avant de se propulser, le matou était quand même à quelques mètres de moi. Là il est tout près. Plus le temps de réfléchir. Je ne bouge pas. Je suis fixe. Et j'agis. Je feule. Bruyamment. Et elle apparait. Je la vois enfin. Cela faisait longtemps que je ne l'avais pas utilisée. Ma belle glace. Unique. Blanche. Bleue. J'adore cette couleur. La glace. Fraiche et douce. Mais aujourd'hui, la glace est violente. En forme pic. Une sorte de laser. Pointu. Solide. Et dangereux. Elle se dirige rapidement. En direction de mon adversaire. Droit sur lui. Le choc risque d'être fatal. A moins que, par malchance pour moi, son don soit le feu, il n'a aucune chance. Et seule la glace brise la glace. Or, je suis l'unique représentant de cet élément ici. Dommage pour toi. Je te l'avais bien dis. Je gagnerai.


© MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL


_________________



Étoile de la Licorne :
 

Spoiler:
 


Dernière édition par Glace Eternelle le Mar 30 Juil - 13:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Désir Inavoué
Chaton Sage
avatar

Miaulements : 49
Points : 91
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 21

Identification
Nom du chat: Désir Inavoué
Clan: Eau
Rang: Guerrier

MessageSujet: Re: With their tanks. And their bombs. In your head, they're still fighting... [PV Désir Inavoué]   Jeu 13 Juin - 13:44

Penses-tu vraiment pouvoir me battre ?
~ Désir Inavoué & Glace Eternelle ~



L'ennemi semblait savoir se battre. Il avait déjà esquivé tous ses coups de griffe. Désir Inavoué avait donc décidé de se projeter sur lui. Cela faisait partie du mouvement intégral et se mariait parfaitement avec les réactions de son adversaire. Le combat était d'un intérêt particulier. Les deux chats avaient des particularités qui les faisaient se ressembler et différer totalement en même temps. Comme deux chatons issus d'une même porté ont des points communs et de grosses différences. La sœur de Désir Inavoué avait été son rayon de soleil, l'étincelle de vie joyeuse. Lui avait ainsi été le timide et triste qui reste dans l'ombre. Pourtant, le soleil était mort avant la nuit. La nuit ne peut exister sans jour, tout comme il n'y a pas de bonheur sans malheur, et Désir Inavoué était partiellement mort avec sa sœur, ce alors qu'ils ne se ressemblaient que très peu. C'était ce dernier point qui semblait unir les deux chats qui se faisaient face encore l'instant d'avant. Leurs pelage exprimaient deux idée totalement opposées, pourtant, leurs yeux étaient les mêmes. Et ils allaient rapidement découvrir la raison de cette ressemblance.
En effet, l'ennemi avait activé son don. Désir Inavoué n'avait que peu de chances de s'en sortir, même s'il se tenait prêt à invoquer un mur de glace pour se protéger, dès cet instant. Il n'avait pas non plus senti le froid qui s'était installé, insensible aux changements de température. L'autre avait crié, ce qui lui avait laissé le temps de se préparer à l'attaque au dernier moment :
-Ce n'est pas aujourd'hui que tu feras couler mon sang ! Ni demain, ni jamais.
Mais alors, il avait activé son don. Il avait créé un objet de glace. Désir Inavoué n'avait qu'eu le temps de dresser sa protection, faisant dévier le pic au dernier moment. Utilisant le mur qui, selon sa décision, s'était maintenu encore un peu, il s'en était servi comme appui pour passer au dessus de son ennemi. Il était dans son dos, s'il attaquait maintenant, il aurait juste le temps de le blesser. Mais il était trop choqué. Une idée jaillit dans son esprit. Peut-être possédait-il une magie de mimétisme ? Autrement dit, peut-être copiait-il la magie de son adversaire pour le déconcerter ? C'était la seule solution possible. Ou plutôt, Désir Inavoué se refusait à penser qu'il possédait la même mage que lui. Une fois cette certitude ancrée en lui, il comprit qu'il avait perdu l'avantage d'être derrière son ennemi car celui-ci avait eu largement le temps de se retourner. Mais il ne pourrait pas l'attaquer s'il utilisait son astuce préférée.
Si, comme il l'avait décidé, son ennemi copiait sa magie, il ne copiait pas les petites caractéristiques qui l'aidaient chaque jour. Et, notamment, il n'avait pas son équilibre sur la glace. Il allait déraper et sentir le froid s'infiltrer par ses coussinets. Il allait devenir incapable de prendre un appui sur le sol gelé pour l'attaquer ensuite. Oui, Désir Inavoué avait invoqué sa glace une seconde fois pour créer une fine couche de glace sur le sol. La glace était absolument parfaite, lisse et blanche, sans le moindre défaut sur sa surface totalement plane et totalement glissante. Son adversaire venait de perdre un gros atout. Ou plutôt, le chat au pelage de nuit venait d'en gagner un énorme. Personne n'avait son talent pour se déplacer sur la glace, personne n'avait son équilibre ni son aisance. Et tous avaient froid. Certes, quelques personnes de son clan avaient appris à s'y déplacer, afin que cela puisse servir en combat de groupe, mais il n'était pas un fervent admirateur des groupes d'amis. Aussi peu de chats savaient se mouvoir sur le sol spécialisé de Désir Inavoué. Cela était m'un de ses plus gros atouts.
Une fois le sol totalement gelé, sur plusieurs dizaines de longueurs de queues, bien que cela l'ait privé d'une partie de ses forces, il commença à patiner. Griffes rentrées, afin de ne pas abîmer cette glace parfaite. Son ennemi les sortirait et briserait cette perfection, mais il avait appris à faire avec. Il était imbattable ainsi. Il s'approcha de son ennemi, qui semblait surpris par l'apparition soudaine de glace sous ses griffes, et lui déclara, d'une voix basse et caractéristique du guerrier noir :
-Je maîtrise la glace mieux que tu ne le feras jamais. Tu n'es qu'un simple copieur, qu'un simple transgresseur des règles établies depuis des lunes, bien avant la naissance de ton père et du père de ton père. Penses-tu vraiment pouvoir me battre ?
Il n'utilisa pas plus sa glace, il ne souhaitait pas vaincre si vite cet ennemi. Il se sentait animé par la colère. Comment pouvait-il simplement oser utiliser la perfection de son don ? Cela le rendait encore meilleur. Meilleur combattant, encore plus froid et décidé. C'est alors qu'il croisa ses yeux. Leur éclat était le même que celui de la glace, le même qui brillait dans son propre regard. Le doute s'insinua une seconde fois en lui. Il lança un coup de griffe, mais son coup avait été un peu plus hésitant, moins puissant et moins précis. N'ayant rencontré que du vide, il sauta en arrière. Il haletait alors qu'il n'était pas essoufflé. Qui avait-il donc en face de lui ? Il était incapable de répondre à cette question. Il ne savait rien de son ennemi, il ne le comprenait pas et cela représentait une faiblesse. Et il n'était plus certain qu'avoir gelé le sol représentait un tel avantage, même s'il aurait perdu à supprimer la particularité du sol. Le regard de son ennemi créait un doute immense en lui et il ne savait plus où il en était. Il murmura, d'une voix imperceptible :
-Mais qui es-tu donc ? Qui es-tu ?
Il se sentit perdu, un sentiment qu'il n'avait plus éprouvé depuis la mort de sa sœur adorée. Il n'avait plus su où aller, ni de quoi serait constituée sa vie, il n'avait plus su quel était son objectif et avait peiné à en trouver un. Se souvenir de ce passage difficile de sa vie l'aida à reprendre constance. Il gagnerait ce combat, quel que soit le don de son ennemi, il ne pouvait pas perdre, ne serait-ce que pour sa sœur tant aimée. Brume Matinale avait été une chatte exceptionnelle. Il se devait de ne pas perdre le moindre combat, même si celle-ci l'aurait déjà gagné haut la patte, étant une combattante incroyable. Il devait lui faire honneur. Il se sentit à nouveau animé du désir mortel de gagner à tout prix. Sa question reprenait tout son sens. Son ennemi serait-il capable de le battre ? Il ferait tout pour que la réponse soit négative, en l’honneur de sa sœur.


Code by Lorelei J. Lewellyn sur Epicode. NE PAS RETIRER LE COPYRIGHT.

_________________


Merci Samael !
Clique sur la note de musique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glace Eternelle
« La faiblesse de ton coeur est celle de perdre ce qui t'es précieux... » †
avatar

Miaulements : 329
Points : 283
Date d'inscription : 19/08/2012
Age : 20
Localisation : † On the Boulevard of Broken Dreams. †

Identification
Nom du chat: Glace Eternelle
Clan: Fléau
Rang: Guerrier

MessageSujet: Re: With their tanks. And their bombs. In your head, they're still fighting... [PV Désir Inavoué]   Mer 26 Juin - 9:53


With both of us guilty of crime, and both of us sentenced to time...

Glace Éternelle ϟ Désir Inavoué


Voila. Mon ennemi est là. Devant moi. Toujours à se précipiter sur moi. Mais moi, dans l'air froids, je réponds à son attaque. Mon rayon de glace fuse vers lui à grande vitesse. Il n'a plus aucune chance. Sa seule option est de mourir. C'est alors qu'il utilise son pouvoir. Je le sens. Il va enfin me montrer sa puissance. Et je la voit. Mais... Mon excitation s'envole. Je le regarde. Mes yeux neutres le regardent. Pas si neutres. Non. En eux, on peut apercevoir une touche de colère. Il y a si longtemps que je n'ai pas ressenti ce sentiment. Pour stopper mon attaque. Et dévier mon laser. Ce chat utilise cette magie. Il utilise la glace. MA glace. Et celle d'Amy. Non, c'est impossible. Comment ? Comment ose-t-il ? Il s'approprie mon pouvoir. C'est.. Il ne devrait pas pouvoir utiliser ma glace. Je suis l'unique représentant de cette puissance. C'est celle qu'Amy m'a apprise. Il ne devrait pas pouvoir l'utiliser à tors et à travers. Comment ose-t-il seulement salir la pureté de la glace ? Et sous mes yeux. Ce sentiment, parti depuis si longtemps, refait alors surface. Je boue. Oui, je regarde ce matou. Et je suis en colère. Mes yeux brillent de cette haine. Oui, il va payer.

Mon adversaire se sert de son mur de glace pour se projeter derrière moi. Seulement, une fois dans mon dos, il n'attaque pas. J'ai l'impression qu'il est un peu.. Perdu. Mais qu'il ne s'inquiète pas. Ses doutes disparaitront bientôt.. Lorsque je glacerai son âme. Je me retourne. Je compte attaquer. Seulement, il me devance. Et, pour mon plus grand mal, utilise à nouveau son don. Mais malheureusement pour lui. Jamais je ne perdrai face à la glace. Je sais tout d'elle. Tout. Ni vivante ni morte, la glace survit indéfiniment. Je suis Glace Éternelle. Et je suis le maitre de la glace. Jamais je ne perdrai face à un type comme lui. Jamais. Je le regarde avec rage tacher une fois de plus l'honneur de la glace. Il crée une petite couche de gel sur le sol. Fine, mais quand même large. Plusieurs longueurs de queue. Une couche blanche et lisse. J'avoue que ça me surprends quand même. Je ne m'y attendais pas vraiment. Elle n'est pas vraiment pareille que la mienne. Mais c'est toujours de la glace. Elle recouvre tout. La terre. Comme la boue et les herbes. Instinctivement, je sors les griffes. Et je les plante. Brisant ainsi la couche de gel. Mon ennemi pense surement que cela me désavantage. Certes, il n'a pas totalement faux. Mais grâce à l'entrainement d'Amy, je ne suis pas trop déstabilisé. Heureusement.

Le chat noir patine. Tranquillement. Sur "sa" glace. Ce qui m’énerve. Il a l'air plus à l'aise que moi. Et j'aime pas ça. Je tiens debout, non sans quelques difficultés. Alors que lui glisse comme si de rien n'était. Griffes rentrées. Moi je m'accroche griffes sorties. Cette glace me nargue. Non, ce n'est pas la même que la mienne. Et je la déteste. L'autre, ce chat noir, s'approche de moi. Toujours en glissant. Il a de la grâce. Et ça m’énerve. Amy, m'aurais-tu menti ? Lorsque je buvais tes sages paroles.. Me mentais-tu ? Tu es mon ange. Un ange est pur. Il ne ment pas aux êtres mortels. Il les protège. Alors aujourd'hui, protège-moi. Aide-moi à vaincre cette fausse glace. Mon esprit reviens vers mon ennemi. Non, je ne l'ai pas oublié. Lui, qui s'approche de moi. Il a l'air de se sentir si supérieur. Je ne peux plus le supporter. Et pourtant, je ne peux rien faire. Contrairement à lui, je n'ai pas mon aise sur une patinoire. Je peux juste attendre qu'il se passe quelque chose. Mais mon ennemi n'attend pas, lui. Lentement, il s'approche de moi. Il veux attaquer. Avant juste, il me parle de sa voix basse.

« Je maîtrise la glace mieux que tu ne le feras jamais. Tu n'es qu'un simple copieur, qu'un simple transgresseur des règles établies depuis des lunes, bien avant la naissance de ton père et du père de ton père. Penses-tu vraiment pouvoir me battre ? »

Il ose ? Moi ? Un copieur ? Ma glace est des plus pures. Des plus parfaites. C'est une glace nette, et j'y ai mis mon âme. Elle vit avec moi depuis toujours. Elle est à la fois ma mère et mon père. Elle est ce qui me rattache à Amy. Elle est mon monde. Voilà ce qu'est la glace pour moi. Qu'est-elle donc pour lui ? Et comment, lui, ose-t-il me traiter de copieur ? Il dit maitriser la glace mieux que moi.. Mais il se trompe. Et je vais lui prouver. Il ne m'attaque pas. Ou du moins, pas avec son pouvoir. Il me regarde. Droit dans les yeux. Nos regards semblables, et pourtant si différents, se croisent. Pendant un instant, il reste face à mes yeux de glace. Des yeux morts, sans expressions. Il les regarde. Et à l'air déstabilisé. C'est assez étrange. Il avait l'air très sur de lui au début. Et maintenant, il doute. Il fait une tentative. Balançant la patte. Il veux me griffer. Mais son attaque n'est pas précise. Son coup est hésitant. Même un sol de glace, j'arrive sans problème à l'éviter. Mon ennemi, après son attaque, fait un saut en arrière. Il a l'air essoufflé. Pourquoi ? Je l'ignore, et je m'en fiche. Ce la me donne l’avantage. Il murmure alors quelque chose. Mais il parle trop bas. Je ne comprends rien.

Ça n'a pas d'importance. Mon ennemi est déstabilisé Trop pour faire attention à mes mouvement pendant quelques secondes. Pour moi, c'est l'occasion ou jamais. Pour empêcher ce mâle de briser notre pureté, à mon âme et à ma glace, je dois l'éliminer. Il a crut faire le poids. Plus vieux et plus costaud que moi. Mais la différence est que moi, j'ai vécu des choses si horrible qu'il ne peut même pas se les imaginer. Et pendant qu'il n sait pas quoi faire, je vais le transpercer. Et je ferai couler son sang sur sa propre glace. Je commence à avancer. Une voix, petite, dans ma tête, m'arrête net. « Tu ne dois pas te fier à l'attitude de ton adversaire. En toute circonstance, bats-toi face à lui, lorsque ses yeux croisent les tiens. » C'est Amy.. Elle me disait toujours ça. Comment peut-elle être fière de moi, si je ne respecte pas toutes les règles qu'elle m'a appris ? Je dois lui faire honneur. Et pour cela, ma glace doit être l'unique. Mon ennemi reprend vite ses esprits. Dans ce cas, nous pouvons reprendre le combat. Amy, je ferai comme tu m'as dit. J'éliminerai mes ennemis. Avec notre force. Je tente alors une attaque. Plutôt rapidement, et avec agilité, je me rapproche de mon adversaire. A une certaine distance, je saute. J'espère atterrir sur lui. Même si je sais que les chances sont minimes. Et j'ai surement raison. Ayant plus son aise sur cette glace, il a dut m'éviter. Je me réceptionne maladroitement.

« Alors là, oh, oui je pense pouvoir te battre. Mais ce n'est même plus une idée. Je sais que je te battrai. Je te glacerai jusqu'au os. Et tu comprendra qui est le vrai maître de la glace ! »

Une fois ces paroles dites, je me dirige vers lui en toute vitesse et balance ma patte vers lui. J'espère le toucher. Je veux le toucher le plus possible. Je veux le faire souffrir. Qui sait, peut-être souffrira-t-il autant que j'ai souffert. Maintenant, je n'ai qu'une envie. Faire couler son sang. Je pense l'avoir touché. J’espère. Mais, avec ma colère, je ne suis sur de rien. J'enchaîne attaque sur attaque. Lançant rapidement mes pattes vers le grand chat noir. Puis je m'arrête. Je recule tant bien que mal sur cette fausse glace. Et je fixe mon adversaire. Il va riposter. Je le sens. Je l'avoue aussi, je veux qu'il m'attaque. Je veux lui montrer la vrai différence de niveau entre un être comme lui, et moi. Moi, qui suis protégé par mon ange. Je le battrai. J'utiliserai encore mon pouvoir pour te détruire. Seulement.. J'ai d'abord une question. Oui. Ce mâle noir m'intrigue. Lui. Mon opposé qui me ressemble. Il s'accroche trop. Cela m’énerve. Et je veux savoir. Je ne sais rien de lui. Alors, autant mieux le connaître avant de le tuer. Je parle, avant qu'il ne m'attaque.

« Mais avant, je voudrai savoir. Pourquoi es-tu si sur de gagner face à moi ? Que peux-tu donc avoir que je n'ai pas ? »

Je me doute que sa réponse ne sera pas importante. Une réponse de chat de Clan. De chat ayant toujours vécu en groupe. Je ne sais même pas pourquoi j'ai posé cette question. Celle-là et pas une autre. Mais j'attends la réponse. Et j’espère au moins qu'il daignera me répondre avant de mourir.


© MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL



Spoiler:
 

_________________



Étoile de la Licorne :
 

Spoiler:
 


Dernière édition par Glace Eternelle le Mar 30 Juil - 13:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Désir Inavoué
Chaton Sage
avatar

Miaulements : 49
Points : 91
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 21

Identification
Nom du chat: Désir Inavoué
Clan: Eau
Rang: Guerrier

MessageSujet: Re: With their tanks. And their bombs. In your head, they're still fighting... [PV Désir Inavoué]   Jeu 11 Juil - 9:42

Rage de vaincre
Désir Inavoué & Glace Eternelle

Désir avait la vision de sa soeur en tête. Il la voyait encore se tenir devant elle, la queue bien haute, fière d'être elle-même, fière d'être une chatte du clan de la Rivière, fière d'être en vie, tout simplement. Elle savait croquer la vie à pleines dents pour en profiter au maximum. Son frère, lui, n'avait su que suivre en essayant de profiter de ce bonheur si caractéristique de la jolie chatte. Bien évidemment, on n'est pas plus heureux simplement en côtoyant quelqu'un d'heureux. Pourtant, Désir l'avait cru. Et le malheur qui l'habitait depuis la mort de sa joyeuse soeur ne faisait que renforcer cette sensation. Mais il avait su éloigner ce désespoir pour ne pas être diminué par cela. Il restait un très grand chasseur et un excellent combattant. Il savait qu'il se devait donc de faire honneur à Brume Matinale afin que, depuis les cieux, elle puisse le voir vaincre pour elle. Afin qu'elle soit fière de lui. Puis, une fois qu'elle serait vengée, il pourrait enfin passer à autre chose et, peut-être, apprendre enfin à profiter de la vie.
L'ennemi s'avançait très doucement. Imperceptiblement, même, pour un chat perdu dans ses pensées. Mais Désir avait repris ses esprits petit à petit, renforcé par sa décision. L'autre s'approcha alors plus nettement, il attaqua assez rapidement et agilement. Désir ne le sous-estimait pas, mais il le nota tout de même dans un recoin de sa tête. Cependant, il n'était pas assez à l'aise, comme le matou noir l'avait escompté. Ce dernier n'eut pas trop de mal à rouler au sol, pour se relever plus loin, sain et sauf tandis que son adversaire reprenait son équilibre un peu maladroitement. Il déclare alors :
-Alors là, oh, oui je pense pouvoir te battre. Mais ce n'est même plus une idée. Je sais que je te battrai. Je te glacerai jusqu'au os. Et tu comprendra qui est le vrai maître de la glace !
Puis, plantant ses griffes dans la glace pour assurer son équilibre, il se jeta sur lui, ou plutôt, il s'élança sur lui, toutes griffes dehors. Un peu surpris par cette attaque soudaine, Désir n'esquiva qu'au dernier moment, les griffes de l'ennemi creusant une légère ligne bien nette dans sa peau. La blessure minime ne saignerait que quelques instant, mais il était touché. Instinctivement, il revit à la hausse son adversaire, puis se dit qu'il ne l'avait eu que par surprise. Il grogna légèrement. D'habitude, es chats ne comprennent pas les expressions des chiens. Par exemple, ces créatures féroces agitent la queue pour signifier leur contentement et non leur agacement, comme pour les chats. Pourtant, montrer les crocs était une attitude que les deux espèces avaient en commun pour montrer leur détermination à vaincre, pour impressionner l'adversaire - ce qui, avouons-le, ne fonctionne que peu mais rassure parfois celui qui le fait - ou pour montrer l'agressivité. C'était un peu de tout cela qu'exprimait Désir Inavoué dans cette attitude vindicative.
Il ne garda pas longtemps la pose et esquiva agilement les attaques suivantes, que son adversaire enchaînait sans s'inquiéter de la toucher ou non. Le matou au pelage de jais roulait au sol, sautait en arrière, se baissait rapidement ou se reculait vivement afin de ne pas être plus blessé par les dangereuses griffes de son adversaire blanc. Puis, d'un seul coup, il cessa d'attaquer et se recula, quelque peu maladroitement. Il n'était qu'à peine essoufflé, ce qui démontrait une excellente forme physique. Son regard se planta dans celui de son ennemi, les yeux de même teinte s'affrontant, se jaugeant et se défiant. Puis, soudainement, le matou couleur de neige - non pas de glace, estimait Désir - parla. Il lui demanda :
-Mais avant, je voudrais savoir. Pourquoi es-tu si sûr de gagner face à moi ? Que peux-tu donc avoir que je n'ai pas ?
Cette question raviva la rage de Désir. Comment osait-il ? Certes, il s'était débrouillé pour que la mésaventure de sa soeur ne se sache pas en dehors de son clan, mais chacun savait tout de même que sa soeur était décédée et que cela l'avait profondément atteint. Quoique s'il l'ignorait, cela ne serait pas totalement un mal, puisqu'il détestait passer pour un faible. Il sentit la colère gronder dans son vendre, comme une flamme bleutée qui le brulait pas son intense froideur. Ni le chaud, ni le froid n'atteignait Désir Inavoué, seule la température la plus basse, le Zéro Absolu, pouvait l'atteindre. C'était donc une flamme gelée qui symbolisait sa rage au sein de son coeur. Un flamme gelée qui représentait son désir de vengeance. Il voulait vaincre. Et non plus parler. Il répondit donc simplement, après avoir esquissé un rictus railleur :
-J'ai eu une vie difficile. Qui m'a forgé tel que je suis.
Puis, immédiatement après avoir prononcé ces mots, il se propulsa sur son adversaire, utilisant de manière infirme son don pour avoir une bonne prise sur le sol, et faisant jouer ses muscles au maximum pour se jeter sur lui avec une grande vélocité. Il le percuterait, il le bloquerait au sol et le mordrait. Il ne le tuerait pas, mais il le ferait souffrir. Il passerait sa rage sur cet ennemi qui possédait le même don que lui. Il se sentait bafoué de n'être pas unique, alors ce chat blanc subirait sa colère. S'il l'atteignait.

Code by Lorelei J. Lewellyn sur Epicode. NE PAS RETIRER LE COPYRIGHT.

_________________


Merci Samael !
Clique sur la note de musique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glace Eternelle
« La faiblesse de ton coeur est celle de perdre ce qui t'es précieux... » †
avatar

Miaulements : 329
Points : 283
Date d'inscription : 19/08/2012
Age : 20
Localisation : † On the Boulevard of Broken Dreams. †

Identification
Nom du chat: Glace Eternelle
Clan: Fléau
Rang: Guerrier

MessageSujet: Re: With their tanks. And their bombs. In your head, they're still fighting... [PV Désir Inavoué]   Dim 14 Juil - 17:30


With their tanks. And their bombs. In your head, they're still fighting...

Glace Éternelle ϟ Désir Inavoué


Je dis mes mots. De manière calme. Voire même un peu fière. Honnêtement, je n'attends pas de réponse particulière. Pas de réponse intéressante. Ou importante. Ce mâle n'est qu'un vulgaire chat de Clan. Il croit avoir vécu des choses, mais non. Il se brûle les yeux. Sa réponse sera surement égoïste. Une réponse d'un chat de Clan. Qui a toujours vécu avec quelqu'un pour lui. Qui en s'est jamais senti seul.. Pourquoi diable ai-je posé cette question ? Je ne sais pas. Mais ce n'est pas important. Peut-être que je veux juste voir à quel point ils sont bercés d'illusions. Voir à quel point les chats de Clan pensent vivre une vie impossible. Voir à quel point ils sont idiots. Ils pensent être seuls, et mener les existences les plus dures de la Terre. Ils ne pensent qu'à eux. Ils ne doutent pas un seul instant que d'autres félins vivent. Loin d'ici. Très loin. Qu'ils pensent différemment. Ou bien, s'ils y pensent, ça ne les intéresse pas. Qui s'est soucié de mon passé quand je suis arrivé ici ? Mon Clan comptait un nouveau guerrier puissant. Utile en cas de petite bataille. C'est tout ce qui importait pour eux. Seul l'ancien chef se préoccupait un peu de mon état. Maintenant il est mort. Et je suis à nouveau seul ici. Amy, depuis que tu m'as quitté, la vie est si calme, si.. Inintéressante.

J'ai donc posé ma question. J'attends, oui, une réponse simple. Pourtant, à peine ma question finie, le comportement de mon adversaire change. Jusque là, il avait l'air assez déstabilisé. Il ne savait pas trop quoi faire ni comment réagir. Ma question doit avoir créé une sorte de déclic dans son esprit. Il reste calme d'apparence. Mais dans son regard, je distingue une faible lueur. Comme de la rage ou de la colère. Je ne sais pas trop ce qu'il se passe dans sa tête. Il ne répond pas pour l'instant. Ce qui m’énerve. Oui, aujourd'hui, j'ai perdu mon sang froids.. Mon sang.. Depuis le début, ce mâle se croit plus fort que moi. Mais il n'a pas réussi à faire couler mon sang une seule fois. Je regarde son pelage. Oui, moi j'ai réussi. Même si ce n'est qu'une petite égratignure. Je viens de rayer sa glace impure. La mienne reste la plus pure. Je lâche un sourire imperceptible. Si je n'ai pas de réponse, j'ai au moins la consolation d'avoir brisé sa glace. Mais non. J'aurais aussi le droit à une réponse. La matou noir rit. Il croit peut-être que sa réponse va m'impressionner. Quoi qu'il pense, ça ne changera rien. Il se moque de moi dans un rictus. Puis il s'arrête et il me répond. Je vais enfin l'avoir, ma réponse égoïste. Je l'écoute à moitié. Sa réponse ne m'intéresse pas vraiment. J'écoute pour le principe.

« J'ai eu une vie difficile. Qui m'a forgé tel que je suis. »

Une.. Vie difficile ? Il ose ? Parler d'une vie difficile devant moi. Que connait-il à la vie, toujours entouré d'un Clan ? A chacun sa rage. Chacun sa haine. Il parle de vie difficile. Il ne connait même pas le réel sens de ces mots ! Il les utilise à tors et à travers.. Je n'ai pas le temps de m’énerver plus. Il m'attaque tout de suite. En s'aidant de son pouvoir. De son sol de glace. Il se propulse violemment sur moi. C'est un guerrier. Il est puissant. Une attaque de cette puissance, et je risque de mal finir. Il ne doit pas me toucher. Il est enragé. La rage lui donne la force. Dommage pour lui. Maintenant, j'ai aussi la rage. La glace de mes yeux brûle. Je ne suis apparemment pas le seul à maitriser la glace. Bien que je la maitrise bien mieux que cet imposteur. Mais il en possède aussi. Et ça déjà, en l'honneur d'Amy, je ne peux l'accepter. Car la glace est ce qui me rattacha à elle. C'est autant la sienne que la mienne. Ce mâle n'a pas le droit de se l’approprier. Et en plus, il ose dire qu'il a eut une vie difficile.. Comment peut-il ? Je doit absolument tuer ce matou par la glace. Et pour commencer, je dois éviter son attaque. Il fonce à grande vitesse sur moi. J'esquive de justesse. Un dixième de seconde de plus, et c'était la fin. Je ne sais comment, mais il a réussi à me toucher. Une plaie assez large et sanguinolente. Suffisamment profonde pour m'arracher une petite grimace. Ce sale chat est parvenu à me toucher.. Et il m'a fait plus de mal que je ne lui en ai fait.. Je dois lui rendre la monnaie.

Mon adversaire se réceptionne plutôt habilement. Moi, je glisse un peu avant de m’arrêter. Du sang coule sur la glace. Mon propre sang. Mon cœur s’accélère. Ma respiration aussi. Amy, je perds mon sang. Il vient de souiller mes glaces. Mon pelage immaculé est taché de mon propre sang.. Il me blesse, et c'est lui qui a la vie dure ? Quel idiot ! Il ose parler de vie difficile, alors qu'il a passé toute la sienne dans un Clan. Que savait-il de ce qu'était une vraie vie difficile ? J'ai perdu parents et sœur. J'ai perdu mon ange. Non.. Ce jour-là.. J'ai perdu bien plus qu'un ange. J'ai perdu mon âme. J'ai perdu bien plus que ce qu'un petit chat de Clan n'a jamais perdu ! Je.. Je ne suis plus rien. Je ne suis qu'un ombre. Jamais je ne retrouverai la joie de vivre. Moi je suis seul. Je n'ai plus personne à qui parler. Personne ne me comprends. Et surement pas ce matou au pelage noir. Je regarde l'autre dans les yeux. Mon regard est plein de haine et de colère. Et ça, je ne le cache pas. Mes yeux reflètent également, mais avec moins d’évidence, de la tristesse. J'essaye de cacher se sentiment au plus profond de mon regard. Je refuse que l'autre le voit. Le regardant fixement, intensément. Puis, je lui parle avec colère. Dans ma voix, on peut distinguer également une pointe de tristesse.

« Comment oses-tu parler de vie difficile ? Toi qui as passé ta vie dans un Clan, au chaud ? Toi qui n'as jamais connu la solitude ? Hein ? Je marque une petite pose, touché moi-même par ce que je dis. Toi, qui n'as jamais vu la mort ? Toi qui as tout dans ce monde ? Comment oses-tu ? Moi j'ai tout perdu.. Je ne suis plus rien. Je ne suis qu'une statue de glace ! »

Je lui ai lancé ces dernière paroles. Peut-être même un peu trop violemment. Avec colère et tristesse. A ces mots, j'utilise mon pouvoir. Je me concentre. L'air, à nouveau, se rafraichit. Et ma glace réapparait. Quelle beauté. Cette fois, ce n'est pas un, mais deux lasers que je fais apparaitre. Je sais que c'est risqué pour moi. J'ai déjà utilisé mon don une fois. Et là, je l'utilise deux fois plus. Je commence déjà à ressentir de la fatigue. Mais je reste debout et je ne bouge pas. J'envoie mes deux lasers sur mon ennemi, et je lâche un petit hurlement de rage. Ma vision se brouille légèrement. L'utilisation de mon pouvoir, mêlée à la force de mes sentiments, me fatigue plus que d'ordinaire. De plus, je suis blessé. J'ai perdu mon sang froid. Lorsque je suis calme, je garde mieux mes forces. Là, je ne me contrôle plus. Je laisse la colère me guider. Et, même si elle me fatigue, elle me guide plutôt bien. Jamais ce mâle ne me battra. Je prie mon ange pour que mes deux rayons de glace l'achèvent. Amy, guide-les droit au but. Aide moi. Je n'y arriverai pas seul. Ce matou ne doit pas survivre, il ne peut pas me comprendre. Perdu dans mes pensées, je ne me peux m'empêcher de murmurer un petit bout de phrase. D'une voix assez lointaine.

« Non, il ne pourra jamais me comprendre... »

J'observe attentivement la réaction de mon adversaire. J'observe ma glace progresser vivement vers lui. Je veux qu'il meurt, ici. Mais je commence à douter. Depuis le début, nous sommes à peu près à égalité. D'abord sans montrer toute notre puissance, puis en utilisant plus de force. J'ai réussi à le toucher, Mais lui aussi. J'étais pourtant sur de gagner. Mais plus le combat dur, plus je doute. Je commence à perde confiance et patience. Je ne sais pas comment tout cela va se terminer..


© MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL


_________________



Étoile de la Licorne :
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Désir Inavoué
Chaton Sage
avatar

Miaulements : 49
Points : 91
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 21

Identification
Nom du chat: Désir Inavoué
Clan: Eau
Rang: Guerrier

MessageSujet: Re: With their tanks. And their bombs. In your head, they're still fighting... [PV Désir Inavoué]   Mer 4 Sep - 11:01

Explications et ressemblances
Désir Inavoué & Glace Eternelle

Désir n’avait pas remarqué la lueur de rage qui s’était immédiatement allumée dans les yeux de son adversaire. Peut-être, sinon, les choses se seraient déroulées autrement, il aurait peut-être pu prévoir que son adversaire aurait ses capacités décuplées par ce sentiment, il aurait peut-être pu réussir à le blesser dangereusement, il aurait peut-être pu… Mais il n’y a pas tous ces « peut-être ». Il n’y a qu’un chat noir aux yeux d’un bleu de glace, fixés sur son adversaire. Son adversaire pourrait être son frère tant ils se ressemblent. Un chat blanc aux yeux d’un bleu de glace. Ces deux chats ont vécu des souffrances que la plupart ne connaîtront jamais. Ces deux-là possèdent les mêmes capacités, le même don, bien qu’ils ne l’utilisent pas de la même manière. Pourtant, ces deux-là sont en train de se battre mortellement. Et le chat noir, qui ne possède qu’une légère estafilade au flac, vient de blesser son adversaire plus profondément, lorsque celui-ci a partiellement réussi à esquiver, au dernier moment.
Le sang se mit à goutter sur la glace, jusque là à peine éraflée par les griffes de l’ennemi, mais vierge de couleurs vives. Désir n’avait eu aucun mal à ne pas glisser, tandis que son ennemi avait quelque peu dérapé en esquivant l’attaque. Puis, ce dernier planta son regard déterminé dans celui du chat de la Rivière. Il n’était pas seulement déterminé, mais également haineux. Pourquoi ? Etait-ce ce qu’il avait répondu ? Cela n’avait aucune importance dans leur combat, si ? Pourtant, ce n’aurait pas pu être autre chose, ce qui déstabilisa une seconde le matou noir, avant que la vision de sa sœur clarifie à nouveau son esprit. Le chat couleur hiver prend la parole. Tout son ressentiment et sa colère font vibrer sa voix. Mais l’oreille fine du chat noir décèle une imperceptible pointe de chagrin, sui se fond dans la rage.
-Comment oses-tu parler de vie difficile ? Toi qui as passé ta vie dans un Clan, au chaud ? Toi qui n’a jamais connu la solitude ? Hein ?
La rage est-elle un sentiment communicatif ? Tout comme le bâillement – qui n’est pas un sentiment, certes, mais donne envie aux autres de faire de même – ou l’espoir ? On pourrait croire que c’est le cas ici car elle s’empare encore de Désir Inavoué, lui serre les pattes, fait battre son cœur et circuler son sang plus vite en lui. Pendant ce temps, l’autre poursuit :
-Toi qui n’as jamais vu la mort ? Toi qui as tout dans ce monde ? Comment oses-tu ? Moi j’ai tout perdu… Je ne suis plus rien. Je ne suis qu’une statue de glace !
Sa voix monta jusqu’à ce qu’il crie ces derniers mots. Et ils firent résonner quelque chose dans le corps et l’esprit de celui qui se tenait en face de lui. Il n’y avait aucune compassion, aucune envie d’aider ou de consoler, chez Désir. Une jolie petite chatte bonne et aimante l’aurait peut-être fait, mais il n’y avait pas de peut-être, encore une fois. Tout ce qui résonnait en lui, c’était la rage, la haine, le désir de se venger qui lui a donné son nom, le désir de tuer ce chat ou du moins de lui faire regretter tout ce qu’il vient de dire. A cette liste s’ajouta la rage de lui faire comprendre qu’il était le seul et l’unique maître de la Glace lorsque l’autre créa deux rayons de glace. L’attaque double, accompagnée par le feulement de haine de son créateur, fila vers Désir Inavoué. Il avait toujours appris à réfléchir, mais il choisit de suivre son instinct, n’ayant pas le temps pour la réflexion. Il plongea au sol, roula sur lui-même et se releva en quelques instants. L’un des deux faisceaux n’était plus dangereux pour lui, à moins qu’il ne puisse changer de direction. Et le second serait plus simple à contrer. Alors qu’il se concentrait, il entendit, faiblement, son adversaire dire :
-Non, il ne pourra jamais me comprendre...
Il remit cela à plus tard et utilisa encore une fois son don et imagina un miroir de glace. Un miroir pour renvoyer l’attaque, la glace car c’était tout ce qu’il savait maîtriser. Il n’avait jamais essayé cela, mais il pesait en être capable. De toute manière, son don lui permettait également d’être cryogénisé sans mourir alors, au pire, songeait-il… Il n’eut pas le temps d’y réfléchir plus. Le laser de glace percuta sa protection. Et fut renvoyé vers le ciel. Il poussa un soupir de soulagement. Mais il n’avait pas prévu que dévier une telle attaque le fatiguerait tant et il sentit que ses forces diminuaient beaucoup. Comme il se sentait plus à l’aise sur la glace que sur l’herbe, quoiqu’en pense son ennemi, il s’assit.
En plein combat, il replia sa queue contre son corps et laissa sa respiration se calmer. Il était tenté de s’allonger, mais il serait en position de faiblesse, même si cela lui demandait moins d’efforts. Alors il resta ainsi et laissa un silence étrange s’installer quelques instants. Instants durant lesquels il choisit ses mots avec précaution :
-J’ignore qui tu es, j’ignore ce que tu as vécu, j’ignore d’où tu viens, j’ignore ton nom, ton clan, ton âge, tes sentiments, ta loyauté. J’ignore tout de toi. Mais tu ignores également tout de moi. Ne redis jamais que je n’ai jamais souffert, jamais vu la mort, jamais fréquenté la solitude. N’importe quel chat de clan sait que j’ai vu ma sœur mourir sous mes yeux. N’importe quel chat de clan sait à quel point je dépendais d’elle. N’importe quel chat de clan sait que, depuis qu’elle est morte, je ne vis plus que pour la venger.
Il gardait un ton très calme et en même temps, sa voix vibrait d’une infinité de colère contenue. Ses mots avaient figé son adversaire, qui n’avait pu s’empêcher de l’écouter. Désir Inavoué trouvait étrange de confier sa vie à cet inconnu, pourtant, il sentait en lui que Brume Matinale aurait voulu qu’il le fasse. Alors, comme toujours, il s’en remit à elle et ouvrit son cœur à celui qu’il avait tenté de tuer, à celui qui tentait de le tuer :
-Je vais te raconter mon histoire, pour que, plus jamais, tu ne redises une telle chose de moi. Lorsque nous étions chatons, j’étais le plus faible et ma sœur la plus forte. Pourtant, j’ai survécu. Mais je n’ai jamais pu faire ma vie sans elle. Nous avons fait notre apprentissage en même temps, sous la tutelle du lieutenant, pour elle, et d’une guerrière talentueuse, pour moi. Ma sœur est tombée amoureuse de son mentor. La mienne était dévorée par l’ambition et l’a tué. Puis, ma sœur a voulu le défendre et elle s’en est pris à elle.
Il fit une pause, censée être tragique et poursuivit après avoir repris sa respiration :
-Ma mentor, une chatte que je respectais et admirait, a assassiné de sang-froid ma sœur. Elle est morte sous mes yeux, ma vie s’est écroulée entre les griffes d’une chatte que j’adorais. Désormais, je ne vis que pour la tuer à mon tour, alors ma sœur sera vengée. Je n’ai jamais eu d’amis, jamais pu me confier à qui que ce soit, jamais pu oublier cela.
Il ne savait plus qu’ajouter. Puis les mots faiblement prononcés par son ennemi lorsqu’il l’avait attaqué lui revinrent en mémoire « Non, il ne pourra jamais me comprendre… ». Alors, il fit ce que sa sœur lui dicta de faire et il déclara :
-Personne ne peut me comprendre. Je ne peux comprendre les autres. Pourtant, je vis au milieu d’eux, parmi eux. Tu ne me connais pas, mais saisis-tu enfin à quel point tes accusations étaient fausses ? A quel point j’ai plus souffert que presque tous les chats de ces terres ? J’étais le plus faible, le moins talentueux, le moins apprécié et pourtant, c’est moi qui vis. Ou plutôt, qui survit.
Il dévoila ses crocs, la tristesse ayant remplacé la rage à l’évocation de tous ses secrets. Puis il sauta sur ses pattes et cria :
-Tu ne pourras jamais me comprendre ! Comment oses-tu dire que tu as tout perdu ? Ma sœur était ma vie et j’ai perdu ma sœur !
Une fois qu’il eut lâché  ce qu’il avait sur le cœur depuis des lunes, il se rassit et se lécha une patte, comme si leur discussion n’avait aucune importance, comme si son adversaire n’était qu’un chaton sans défense qui ne pouvait pas l’atteindre. D’ailleurs, il ne pouvait effectivement rien lui faire, désormais. Personne ne pouvait plus lui faire quoique ce soit, il ne vivait plus. On ne tue pas un mort.


Code by Lorelei J. Lewellyn sur Epicode. NE PAS RETIRER LE COPYRIGHT.

_________________


Merci Samael !
Clique sur la note de musique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glace Eternelle
« La faiblesse de ton coeur est celle de perdre ce qui t'es précieux... » †
avatar

Miaulements : 329
Points : 283
Date d'inscription : 19/08/2012
Age : 20
Localisation : † On the Boulevard of Broken Dreams. †

Identification
Nom du chat: Glace Eternelle
Clan: Fléau
Rang: Guerrier

MessageSujet: Re: With their tanks. And their bombs. In your head, they're still fighting... [PV Désir Inavoué]   Mar 10 Sep - 18:26


And the violence 'causes silence. Who are we mistaken ?

Glace Éternelle ϟ Désir Inavoué


Mon adversaire écoute mes paroles. Au début, il n'a pas l'air de réagir. Mais c'est assez étrange. Il a l'air légèrement.. Perturbé. Je ne comprends pas vraiment. Et je ne cherche pas à comprendre. Ce chat est comme tous les chats de Clan. Naïf et immature. Jamais il ne pourra comprendre ce que j'ai vécu. Il pense peut-être avoir vécu des choses horrible, mais j'en ai vécu des biens pire. Il pourra toujours essayer de lire mon cœur, il ne verra plus rien. Aujourd'hui, il n'y verra que de la haine. Mais, d'une certaine manière, je m'étonne moi même. J'ai laissé éclater un peu de ma colère. Moi qui m'étais juré de ne plus le faire.. Je devais garder mon sang-froid. En toute circonstance. Rester calme. Ne jamais cédé à la rage. Car c'était à cause de ça qu'Amy était morte. J'étais tellement impatient.. En repensant à tous ces souvenirs, son visage me revient en mémoire. Doux et souriant.. Mon ange, j'espère que tu me protège. A travers toutes ces lunes passées, je n'ai jamais cesser de me battre pour toi.. Pour nous. Je ressens alors un peu de tristesse. Non, je ne dois pas me laisser envahir par mon passé. Pas maintenant. Je dois rester concentré sur le combat. Je me suis affaibli en lançant mes deux dernières attaques. Je sens ma vision qui commence légèrement à se brouiller. Et je commence à être fatigué. Non, je n'ai plus beaucoup d'énergie. La prochaine attaque risque d'être dangereuse. Et peut-être fatale. Je n'ai plus le droit à l'erreur. J'observe mon adversaire, alors que mes rayons de glaces avancent vers lui à grande vitesse. Oui, je regarde ma glace. La vrai. La seule est l'unique. Le don que j'ai. Que j'ai appris à maitriser. Ma glace est la plus pure. Et je veux le lui montrer.

Je pensais que l'utilisation de mon don allait suffire contre ce minable. Apparemment, non. Le matou noir enchaîne quelques acrobaties, et se relève quelques instants plus tard. Il esquive sans grande difficulté mon premier rayon. Avec rapidité. Un feulement de rage m'échappe. Ce n'est pas possible. Ça ne peut être vrai ! Je ne peux pas perdre comme ça. Pas face à un chat de Clan. C'est juste impossible. Mais il reste encore un deuxième rayon. Il sera mon atout. Celui-là, il ne pourra pas l'éviter. Même si l'autre est rapide, il n'aura pas le temps... J'espère, j'espère. Mais non. J'ai l'impression qu'aujourd'hui, ce n'est pas mon meilleur jour. Le chat noir se concentre puis, sous mes yeux, utilise son don. Encore une fois. Il utilise la glace. Il veut me contrer ? Mon pouvoir est limité. Malheureusement. J'ai déjà utilisé mon pouvoir avant de lancer ses rayons. Ils ne sont donc pas au maximum de leurs puissances. L'autre pourrait parfaitement bien.. Je secoue la tête. Ce n'est vraiment pas le moment de penser à la défaite ! Mais, face à ce mâle, je commence à perdre confiance. C'est vrai, la glace, c'est mon âme. Toutes mes croyance et toute ma vie. Et, voir tout ce en quoi je crois chez quelqu'un d'autre me perturbe un peu. L'autre crée une grande plaque de glace. De mon point de vue, on dirait une sorte de miroir. Je suis mal. S'il parvient à renvoyer mon attaque, je n'aurais pas assez d'énergie pour riposter. J'observe mon rayon heurter plutôt violemment le 'miroir' de glace. Heureusement pour moi, le rayon repart dans le ciel. J'imagine que mon adversaire ne maitrise pas encore complètement ce mouvement. Je soupire. J'ai du mal à l'admettre, mais j'ai eut chaud.

Je me concentre à nouveau sur l'autre. Je le fixe. Mon regard se pose naturellement sur ses yeux. C'est étonnant à quel point ils se ressemblent. Dans nos deux yeux, on peut discerner les mêmes glaces. Les mêmes froideurs que dans nos cœurs. Nous sommes pourtant opposés. Il est le noir, je suis le blanc. Tout comme le jour et la nuit, la neige et le charbon. La seule chose qui nous relie en ce moment, ce sont nos yeux. Nous n'avons que ça. Ils sont si semblables. C'est assez étrange. L'autre chat s'assoit. Il n'y prend aucune difficulté, même sur de la glace. Je ne comprends pas pourquoi il fait ça. Sait-il seulement qu'il se met légèrement en position de faiblesse ? Cherche-t-il à me provoquer ? Je n'en sais rien. Je reste en position défensive, jusqu'à ce que je remarque qu'il calme sa respiration et qu'il replie sa queue autour de ses pattes. Je ne comprends pas. Il m'offre une occasion en or. Je pourrais l'avoir maintenant. Mais, bizarrement, je ne bouge pas. Je reste immobile sur ce sol de glace. Je n'agis pas. Un silence s'installe alors entre nous. Silence que je n'ose briser. J'ai toujours apprécié le silence. Mis je me doute bien qu'il ne va pas durer. Et j'ai raison. Le chat noir parle. Je ne veux pas l'écouter. Pourquoi le ferai-je ? Après tout, nous avons essayé de nous tuer. Mais, quelque chose me pousse à le faire. Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais.. Je me sens comme relié à lui. Et je ressens ce besoin de l'écouter. Et je l'écoute.

« J’ignore qui tu es, j’ignore ce que tu as vécu, j’ignore d’où tu viens, j’ignore ton nom, ton clan, ton âge, tes sentiments, ta loyauté. J’ignore tout de toi. Mais tu ignores également tout de moi. Ne redis jamais que je n’ai jamais souffert, jamais vu la mort, jamais fréquenté la solitude. N’importe quel chat de clan sait que j’ai vu ma sœur mourir sous mes yeux. N’importe quel chat de clan sait à quel point je dépendais d’elle. N’importe quel chat de clan sait que, depuis qu’elle est morte, je ne vis plus que pour la venger. »

"Mais je ne suis pas un chat de Clan." Et je ne me suis jamais intéressé aux histoires des autres. Je peux lui dire, oui, mais cela ne sert à rien. Et, je n'ai plus l'envi de l'interrompre. Je ne ressens pas de pitié, ou de compassion. Mais.. J'ai l'impression de le comprendre un peu. Je sais ce que ça fait de perdre une sœur. Apparemment, lui a perdu la sienne. Ça a du être douloureux. Mais j'ai perdu plus.. Je ne dis rien cependant. Et j'attends qu'il continu. Je veux l'entendre. Je veux qu'il me raconte sa "vie difficile".

« Je vais te raconter mon histoire, pour que, plus jamais, tu ne redises une telle chose de moi. Lorsque nous étions chatons, j’étais le plus faible et ma sœur la plus forte. Pourtant, j’ai survécu. Mais je n’ai jamais pu faire ma vie sans elle. Nous avons fait notre apprentissage en même temps, sous la tutelle du lieutenant, pour elle, et d’une guerrière talentueuse, pour moi. Ma sœur est tombée amoureuse de son mentor. La mienne était dévorée par l’ambition et l’a tué. Puis, ma sœur a voulu le défendre et elle s’en est pris à elle. »

Il marque une pause. J'en profite pour réfléchir. Tout cela prouve à quel point les sentiments nous aveuglent. La raison principale pour laquelle j'ai lâché tous les miens, ou presque. Je peux continuer à philosopher. Mais, je n'en ressens pas l'envi. Non, mon attention se porte sur son récit. Je ne dirai pas que je suis captivé. Ce serai plutôt exagéré. Mais, disons qu'il m'intéresse. En effet, je le reconnais, il a l'air d'avoir vécu des choses dures.. J'attends la suite, qui vient assez rapidement.

« Ma mentor, une chatte que je respectais et admirais, a assassiné de sang-froid ma sœur. Elle est morte sous mes yeux, ma vie s’est écroulée entre les griffes d’une chatte que j’adorais. Désormais, je ne vis que pour la tuer à mon tour, alors ma sœur sera vengée. Je n’ai jamais eu d’amis, jamais pu me confier à qui que ce soit, jamais pu oublier cela. »

Il laisse un léger blanc. Je ne dis rien. Je n'ai rien à dire pour l'instant. Je le laisse dans ses souvenirs. Je peux le comprendre. Il a vécu quelque chose de fort. Et de dur, psychologiquement. Mais même s'il est resté plutôt seul, il avait des gens. Un but. Une vengeance. Moi, je ne peux même plus me venger. Tous ceux que je haïssais sont morts. Je n'ai plus de but. Je commence à me laisser aller dans mes pensées. Mais l'autre déclare soudain.

« Personne ne peut me comprendre. Je ne peux comprendre les autres. Pourtant, je vis au milieu d’eux, parmi eux. Tu ne me connais pas, mais saisis-tu enfin à quel point tes accusations étaient fausses ? A quel point j’ai plus souffert que presque tous les chats de ces terres ? J’étais le plus faible, le moins talentueux, le moins apprécié et pourtant, c’est moi qui vis. Ou plutôt, qui survit. »

Il me montre ses crocs. Moi je ne bouge pas. Je continue à le regarder. Et, dans les yeux du chat noir, j'ai vu la colère. Oui, j'ai vu ses yeux briller de la même colère présente dans mon cœur. Je ne la remarque que maintenant. Aveuglé par ma propre haine, je ne l'avais pas vu. Mais maintenant je la vois. Et je comprends alors que lui aussi, il a souffert. Pas de la même manière, ça je ne l'accepterai jamais. Mais.. Il se remet debout en un instant, et me lance ses dernières paroles.

« Tu ne pourras jamais me comprendre ! Comment oses-tu dire que tu as tout perdu ? Ma sœur était ma vie et j’ai perdu ma sœur ! »

Après cet excès de colère, il se lèche la patte comme si de rien n'était. Je n'aurais peut-être pas réagis, s'il n'avait pas exprimé un doute sur mes dires. Mais il remet en question ce que je dis. Il remet en question ce que j'ai vécu. Il remet toute ma vie en question. Et je ne peux pas laisser passer ça. Il a voulut me prouver que ça vie avait quelque chose de triste. Oui, je l'admets, il y a quelque chose de plutôt peu joyeux dans sa vie. Mais je vais lui prouver que la mienne n'est faite que de tristesse et de haine. Je vais lui montrer à quel point une vie difficile peu changer un chat. A quel point sa vie est minable face à ce que j'ai vécu. Et je lui prouverai que je suis le digne héritier de la glace. Je ressens de la colère. Oui, c'est ça. Je ne supporte plus ce matou. Son pelage noir. Ses yeux, pourtant si semblable aux miens. J'ai perdu mon sang-froid. Je vais tout lui expliquer. Et il va comprendre. Je lui lance ces mots. Mes mots.

« C'est ce que tu crois ? Tu crois vraiment que je dis toutes ces paroles en l'air ? Je sais, surement mieux que quiconque, ce qu'est une vie difficile. Je sais que perdre une sœur est horrible. Tu as perdu la tienne. Mais moi, j'ai perdu bien plus. Moi, j'ai perdu mon âme. Ta vie n'est rien face à la mienne. Non tu ne sais rien de moi, alors je vais te raconter mon histoire moi aussi ! »

Je ne sais pas pourquoi je dis tout ça. Je n'ai aucune envie de lui parler de ma vie. Je n'ai pas à lui en parler. Mais j'en ressens le besoin. Le besoin de lui prouver que j'ai plus souffert que lui. Je ne me suis presque jamais confié à quelqu'un. La seule personne qui ait jamais connu mon histoire était mon ancien chef. Et il a emporté mes secrets dans la tombe. Ce qui fait que ce chat sera le seul vivant dans cette forêt à savoir. Je m'en serai bien passé. Mais il est trop tard. J'en ai déjà trop dis. Je suis lancé. Je vais lui raconter mon passé. Et ainsi il ne pourra plus me traiter de menteur ou je-ne-sais quoi. Je commence.

« J'ai eu une sœur, moi aussi. Petite et innocente. Contrairement à toi, j'étais le plus fort. Nous n'avions plus personne. Un père banni par les tiens pour avoir choisit une solitaire comme compagne, nos parents étaient rejetés par les Clans. Ils nous ont confiés tout jeune à une troupe nomade. De ce fait, je ne garde aucun souvenir d'eux. Nous avons grandi dans cette troupe. Les jeunes chats de la bande nous traitaient à cause de nos origines. Nous étions des "impurs". Des bâtards. »

Je laisse une petite pose, mais je continue vite, emporté soudain par la colère de ce souvenir.

« Sais-tu seulement ce que tu ressens, lorsque chaque jour, on te traite de tous les noms, parce que tu n'es pas un "pur" ? Lorsque tu es mis à l'écart, et traité comme un chien ? Non. Toi, fils de Clan, de "purs", tu ne le saura jamais.. Un jour, ils l'ont tués. Ils ont tués ma sœur de sang-froid, parce que cela les amusait. Ce jour-là, je n'ai pas su la protéger. J'ai été impuissant. Je n'ai pas su tenir mon rôle de frère. Et j'ai perdu une partie de moi avec ma sœur. Tout comme toi lorsque tu as perdu la tienne. »

Je fais une courte pause. Qu'il sache bien que je mens pas. Que je sais de quoi je parle. Et que, même si je ne le veux pas, je le comprends. Je comprends l'horreur de perdre une sœur. Et le déchirement que cela fait. Je n'ai pas l'habitude de laisser exprimer mes sentiments. Mais aujourd'hui.. La glace recouvrant mon cœur s'est légèrement brisée. Je m'en occuperai plus tard. Je continue.

« Aveuglé par la colère, j'ai voulu la venger. Mais à trois contre un, je ne faisais pas le poids. J'allais succomber, lorsqu'une femelle me sauva. Elle était belle, sortie de nul part. Elle est devenu mon maître, mon mentor, comme vous dites. Elle m'a appris tout ce que je sais, et j'ai promis de ne plus me battre. Je l'ai toujours respecté et aimé pour tout. C'était mon ange, un ange gardien. Mais un jour, on l'a salie, et j'ai voulu qu'elle retrouve son honneur. Mais ici aussi, j'étais faible. Et cette fois aussi, elle est venue pour me sauver.. »

Ma voix s'étrangle. C'est.. si dur de se souvenir de cet instant. Bien plus que je ne l'aurais cru. Mon ange.. Oh mon ange, si tu savais comme tu m'as fait souffrir ce jour-là. Ma tristesse se change en colère. Colère de n'avoir rien pu faire ce jour-là. Colère qu'elle soit partie à ma place. Et colère de ne pouvoir bien cacher, en ce moment même, le sentiment qui me ronge depuis plus de 12lunes. J'essaye du mieux que je peux. Mais, avec l'évocation de mes souvenirs, j'ai peur de ne plus y arriver. Malgré tout, j'essaye quand même. Je veux cacher ce sentiment d'amour. L'autre n'a pas besoin de savoir. Il n'est pas nécessaire qu'il sache ce que j'ai ressenti pour Amy. Et ce que je ressens encore aujourd'hui pour elle.. Je cligne des yeux et je reprends mon histoire. Mon sentiment de colère toujours bien présent.

« Mais en mourant, il la condamna à mourir avec lui. Elle est morte à ma place, et elle m'a protégé. Elle est morte devant moi, sous mes larmes. Pourtant, elle est partie sereine. C'était mon ange, mon cœur, mon âme. Et elle est partie à ma place. J'ai été déchiré. Je n'ai plus eut le gout de vivre. Mon cœur s'est glacé. Comprends-tu, maintenant ? Ta vie est certes triste, mais elle n'est rien comparée ce que j'ai vécu ! »

A mon tour, je lui montre les crocs. Certes je ne pourrais jamais le comprendre. De toute façon, je ne cherche pas à comprendre les chats de Clans. Mais lui non plus ne le pourra jamais. Mon cœur est tellement brisé, plus rien ni personne ne peut plus le réparer. Je le regarde fixement. Dans ses yeux bleus. Qui ressemblent trop aux miens. Je suis un peu perdu, je l'avoue. Mais j'essaye de me calmer. Je respire plus lentement. J'écoute un instant le vent, je regarde le pelage de mon adversaire. Et je me dis qu'au fond, moi et lui sommes pareil.


© MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL


_________________



Étoile de la Licorne :
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Désir Inavoué
Chaton Sage
avatar

Miaulements : 49
Points : 91
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 21

Identification
Nom du chat: Désir Inavoué
Clan: Eau
Rang: Guerrier

MessageSujet: Re: With their tanks. And their bombs. In your head, they're still fighting... [PV Désir Inavoué]   Mer 11 Sep - 13:06

Un jeu de tout âge ?
Désir Inavoue & Glace Eternelle
Désir Inavoué était plutôt atteint. Il venait de raconter son histoire, il venait de se dévoiler jusqu’au plus profond de lui. Il venait de revivre toute sa vie comme s’il retournait dans son corps d’apprenti. Oui, il avait assisté à toute sa vie entière, puisque rien de ce qui n’avait suivi n’avait eu une réelle importance, il considérait que sa vie avait stoppé net à la mort de Brume Matinale. Les yeux dans le vague, il se remémorait chaque détail heureux qui l’avait uni à sa sœur lorsqu’il se ressaisit. Il leva les yeux et les deux regards de glace s’affrontèrent un instant. Dans les deux, une même colère régnait. Désir Inavoué en prit douloureusement conscience. Il venait de lui crier qu’il ne pourrait pas le comprendre, pourtant, ses émotions étaient presque les mêmes, comme un frère. Leurs yeux étaient les mêmes, comme des frères. Le doute le saisit, mais il l’écarta avant même qu’il n’ait pu envisager le pire. C’est alors que son ennemi, dont finalement il ne savait toujours rien, ouvrit la gueule. Puis il déclara :
-C'est ce que tu crois ? Tu crois vraiment que je dis toutes ces paroles en l'air ? Je sais, sûrement mieux que quiconque, ce qu'est une vie difficile. Je sais que perdre une sœur est horrible. Tu as perdu la tienne. Mais moi, j'ai perdu bien plus. Moi, j'ai perdu mon âme. Ta vie n'est rien face à la mienne. Non tu ne sais rien de moi, alors je vais te raconter mon histoire moi aussi !
Un rictus qui semblait montrer da l’amusement, sans pour autant qu’il le ressente se dessina sur le visage du chat de clan. Ils étaient en train de jouer à un jeu de chatons, à la limite d’apprentis. Et pourtant, tous deux avaient vécu une vie et étaient des guerriers. Ils jouaient au jeu du plus fort. Les chatons se battent, prenant des rôles de chats qu’il admirent ou détestent afin de se montrer plus forts que les autres. Ils attrapent plus de papillons, plus de feuilles mortes ou de flocons de neige pour pouvoir montrer leur agilité, et ensuite faire le fier devant leurs parents. Ils jouent à ce jeu un peu idiot, mais ils en ont l’âge. Le matou interrompit partiellement ses pensées pour entamer son histoire. Désir se concentra un peu dessus, mais les pensées de chatons l’avaient à nouveau replongé dans ses souvenirs. Cependant, la vie de l’autre l’intéressait suffisamment pour qu’il la garde en mémoire durant de longues lunes :
-J'ai eu une sœur, moi aussi. Petite et innocente. Contrairement à toi, j'étais le plus fort. Nous n'avions plus personne. Un père banni par les tiens pour avoir choisit une solitaire comme compagne, nos parents étaient rejetés par les Clans. Ils nous ont confiés tout jeune à une troupe nomade. De ce fait, je ne garde aucun souvenir d'eux. Nous avons grandi dans cette troupe. Les jeunes chats de la bande nous traitaient à cause de nos origines. Nous étions des "impurs". Des bâtards.
Une douleur attaqua le cœur de Désir avant de s’en aller immédiatement, joueuse. Sa sœur, même par delà la mort jouait avec lui comme Désir jouait avec son ennemi au pelage blanc. Ce dernier ne lui laissa pas le temps de reprendre ses considérations sur leur jeu idiot. Et il continua à raconter sa vie :
-Sais-tu seulement ce que tu ressens, lorsque chaque jour, on te traite de tous les noms, parce que tu n'es pas un "pur" ? Lorsque tu es mis à l'écart, et traité comme un chien ? Non. Toi, fils de Clan, de "purs", tu ne le sauras jamais... Un jour, ils l'ont tuée. Ils ont tué ma sœur de sang-froid, parce que cela les amusait. Ce jour-là, je n'ai pas su la protéger. J'ai été impuissant. Je n'ai pas su tenir mon rôle de frère. Et j'ai perdu une partie de moi avec ma sœur. Tout comme toi lorsque tu as perdu la tienne.
Désir se retient de feuler. Sa soeur n’était qu’un membre de sa famille pour lui, et non pas l’essence même se sa vie, comme Brume l’avait été pour lui. Et il n’avait jamais porté une quelconque importance à l’origine des chats qui l’entouraient. Pourtant, il s’empêcha de protester et écouta la suite :
-Aveuglé par la colère, j'ai voulu la venger. Mais à trois contre un, je ne faisais pas le poids. J'allais succomber, lorsqu'une femelle me sauva. Elle était belle, sortie de nulle part. Elle est devenu mon maître, mon mentor, comme vous dites. Elle m'a appris tout ce que je sais, et j'ai promis de ne plus me battre. Je l'ai toujours respectée et aimée pour tout. C'était mon ange, un ange gardien. Mais un jour, on l'a salie, et j'ai voulu qu'elle retrouve son honneur. Mais ici aussi, j'étais faible. Et cette fois aussi, elle est venue pour me sauver...
Un ange gardien. Désir n’y croyait pas une seule seconde, les seuls chats à posséder des pouvoirs étaient leurs ancêtres décédés. Mais jamais, au grand jamais, ils ne revenaient parmi les vivants. La chatte dont il parlait n’était donc qu’une chatte, bien qu’elle puisse être surprenante, elle n’était pas un ange. Il songea à nouveau au jeu qu’ils jouaient tous les deux et reprit le cours de ses pensées Les apprentis, même un peu plus âgés, ont leur propre variante de ce jeu. Ils se battent aux entraînements, tout en essayant de se montrer meilleurs que les autres pour obtenir l’approbation de leurs mentors. Ils se battent à être le plus rapide à atteindre tel ou tel endroit du territoire. Ils se battent à celui qui rapportera le plus de proies au clan. La voix de l’ennemi brisa ses songes éveillés pour le ramener à un combat entre des matous sans cœur et une chatte étrange :
-Mais en mourant, il la condamna à mourir avec lui. Elle est morte à ma place, et elle m'a protégé. Elle est morte devant moi, sous mes larmes. Pourtant, elle est partie sereine. C'était mon ange, mon cœur, mon âme. Et elle est partie à ma place. J'ai été déchiré. Je n'ai plus eut le goût de vivre. Mon cœur s'est glacé. Comprends-tu, maintenant ? Ta vie est certes triste, mais elle n'est rien comparée ce que j'ai vécu !
Ces derniers mots ne heurtèrent pas Désir Inavoué, il n’y croyait pas un instant. Cette chatte avait peut-être été la personne la plus importante de la vie de son ennemi, il avait eu beau s’écrouler à sa mort comme lui n’avait plus vécu une vraie journée depuis la mort de sa sœur, pourtant, elle n’avait été que son mentor. Elle ne l’avait pas accompagné toute sa vie comme l’avait fait Brume Matinale avec son frère chétif. Il comprenait parfaitement son sentiment de ne plus vivre sans elle, mais il n’avait rien de tellement plus important que le sien. Il n’avait plus de famille, mais il avait un clan pour lequel il se battait. Désir possédait exactement la même chose. Ils étaient sur un plan d’égalité. Peut-être était-ce pour cela qu’ils possédaient le même don ? D’ailleurs, il y avait un second point commun dans leurs histoires : tous les deux avaient vu la personne qu’ils idolâtraient le plus décéder sous leurs yeux, ce qui les avait atteints encre plus profondément que si on leur avait simplement annoncé.
Son ennemi lui montre les crocs mais se reprend et se calme. Ce sont les seuls détails qu’a remarqué Désir depuis le début de son histoire. Non pas parce qu’il n’y apportait aucune considération mais bel et bien parce qu’il n’était pas pleinement conscient de ce qui l’entourait. Il parvint enfin à mettre la griffe sur l’idée qu’il essayait d’exprimer depuis qu’il avait raconté sa propre histoire. En effet, le matou blanc et le matou noir, tous deux respectables mais ne vivant plus réellement jouaient comme de simples chatons ou apprentis au jeu du plus fort. Mais là, le plus fort était celui qui avait eu la vie la moins heureuse. Et ils étaient à égalité. Ce n’était pas explicable, mais c’était vrai. Le même rictus moqueur se dessina à niveau sur son visage et il décida d’exprimer tout ce qu’il avait ressenti :
-Sais-tu ce que nous faisons depuis le début ? Sais-tu ce qui est né entre nous dès l’instant où nous nous sommes rencontré, ce qui a grandit lorsque nous avons découvert que nous maîtrisions le même don et ce qui a maintenant atteint sa maturité puisque nous avons tous les deux dévoilé nos vie ?
Finalement, il ressentait bel et bien de l’amusement. Oui, en fait, c’était suffisamment ironique comme situation pour qu’un sentiment passe le mur de glace qui l’entourait. Il attendit donc un petit instant que l’autre y réfléchisse. Il n’avait pas envie de rompre son jeu immédiatement, il préférait jouer avec lui comme avec une souris ou comme, il ignorait d’où sortait cette comparaison mais la trouva adaptée, le sphinx qui questionnait les passants avec des devinettes compliquées. Il venait de lui poser une question et lui donnerait la réponse avant qu’il ne la trouve. Il apprécia l’imperceptible sentiment de supériorité qui s’empara de lui lorsqu’il révéla finalement :
-Nous jouons à un jeu. Et le vainqueur sera celui qui a vécu la pire vie. Tu penses que tu as gagné et je suis persuadé du contraire. Mais si tu réfléchissais un instant, tu comprendrais, tout comme je viens de le saisir, que ni moi ni toi n’est supérieur à l’autre.
Comme pour appuyer ses dires, il laissa son emprise sur la glace retomber afin qu’elle commence à fondre. Ce tour de magie, il l’utilisait très souvent. Il ne lui demandait pas tellement d’énergie, ce qui lui avait permis d’utiliser plusieurs fois son don en plus de maintenir cela. La glace fondit rapidement et il ne resta qu’une plaque de glace autour de Désir. L’ennemi avait à nouveau les pattes posées sur la terre ferme, bien que celle-ci soit humidifiée par la fonte. Ils étaient parfaitement à égalité désormais, même si Désir n’avait pas eu un avantage tellement incroyable en créant cette patinoire. Il ajouta d’ailleurs :
-Je ne pense pas que quiconque puisse comprendre mon histoire ou la tienne, mais je comprendrais toujours ton sentiment de perte puisque je le vis douloureusement chaque jour depuis la mort de Brume Matinale, ma sœur. Je ne me sens pas supérieur à toi parce que je suis de sang pur. Nous sommes tous des chats, qui que soient nos parents. Le reste se décide par rapport à qui nous sommes nous-même. C’est d’ailleurs en cela que les Domestiques nous sont inférieurs : ils n’ont jamais à souffrir de la faim ou du froid.
Il s’interrompit un instant. Qu’essayait-il de dire, en fait ? Il avait réussi à perdre le fil de ses propres pensées, ce qui l’agaça. Il fronça les sourcils, se concentra et se souvint. Il put alors reprendre :
-Bref, ce que je veux te dire, c’est que tu ne m’es pas supérieur ou inférieur. Nous nous ressemblons plus que ce que nous pensons et cela se traduit dans notre don.
D’un seul coup, il réalisa que cette rencontre avec ce chat allait changer sa vie. Il s’était toujours cru plus malheureux que les autres, avait toujours vécu dans le deuil de sa sœur. Mais il songea qu’il était temps de parvenir à surmonter la faiblesse qu’il avait toujours eue. Tous ceux qui avaient cherché à l’aider n’avaient fait que le conforter dans son malheur puisqu’ils vivaient une vie plutôt normale. Mais, maintenant qu’il avait rencontré ce chat et que quelqu’un qui pouvaient le comprendre un peu connaissait sa vie, il se sentait étrangement soulagé. Il ne le comprit pas lui-même. Une pensée passa et s’enfuit très vite mais il avait eut le temps de la saisir. Quelques temps plus tôt, il avait senti une douleur au cœur Etait-ce sa sœur qui l’avaient enfin quitté ? Il se sentit dévasté à cette idée, mais se força à passer outre et se consola en se disant que, s’il voulait vraiment passer à autre chose, il lui fallait cesser de dépendre de sa sœur.
Cela ne se ferait pas aisément, mais il se souviendrait toujours de cette rencontre aussi parfaitement qu’il se souvenait de la mort de sa sœur. On n’oublie pas ce genre d’événement important. Il allait faire une promesse à sa sœur, mais il se contint et se promit à lui-même de concentrer ses forces à ressentir à nouveau quelque chose. D’habitude, ses sentiments étaient trop éloignés de son cœur et de son âme, mais il lui fallait les ressentir enfin pour se rappeler ce que c’était de vivre. Il réalisait à quel point il se sentait jaloux des chats normaux, à quel point il aurait voulu être aussi heureux qu’eux. Mais il avait toujours pensé que son bonheur dépendait de sa sœur. Jamais il n’avait réalisé que c’était lui qui sentait tout cela. Il songea qu’au début de son entraînement, il avait vécu sans dépendre autant de sa sœur et qu’il n’en était pas moins heureux. Au moins il n’était pas dans son ombre. Mais il l’adulait tant qu’il avait été naïf et avait cru que c’était grâce à elle. Il inspira profondément, bloqua sa respiration jusqu’à ce que son corps réclame de l’oxygène et relâcha ce souffle. Puis il ouvrit les yeux, qu’il avait fermés pour ce moment de purification, et déclara :
-Je pense que plus rien ne sera comme avant pour moi. Je pensais être la personne la plus malheureuse de ces terres, mais tu as vécu autant que moi, ce qui me remet en question. Je ne sais pas si tu comprendras cela, mais as-tu déjà pensé à passer à autre chose ? A chérir la mémoire de cette chatte sans l’oublier, mais sans gâcher ta vie pour elle ? Moi, je n’ai jamais cessé de servir mon clan pour être utile malgré le vide que je sentais en moi. Mais j’aimerais combler ce vide qui devient trop lourd à porter. Je ne serais définitivement délivré que lorsque mon ancienne mentor sera morte de mes griffes, mais je tiens à te dire ce que notre rencontre m’a inspiré. Je ne pense pas que tu le comprendras. Moi, j’ai encore plus longtemps dépendu de ma sœur que toi de ton ange, comme tu l’appelles, cependant, j’ai plus senti son départ. Je ne veux pas être idiot, je veux pouvoir être assez fort pour surmonter cela. Je ne sais pas si j’en serais capable, je ne sais même pas si qui que ce soit en serait capable. Mais je me dois d’essayer.
Il ignorait totalement ce qui le poussait à dire cela. Etait-il malade, pris de fièvre ? Il ne renoncerait jamais à sa vengeance, de cela il était certain, mais que se passerait-il s’il essayait de changer sa vie. Cela le terrifiait et l’attirait à la fois. Qu’est-ce que sa sœur aurait dit ? Il réalisa qu’il l’avait toujours su. Elle aurait voulu qu’il soit heureux et vive la vie qu’elle n’avait jamais eue. Cela le conforta dans sa décision. Jamais plus il ne serait comme avant, pas avec un vide abyssal en lui. Mais il pouvait essayer de rendre les autres heureux et de fortifier son clan. Brume Matinale était un rayon de soleil et il avait toujours tenté de profiter de sa lumière et de sa chaleur. Il avait été la lune, qui ne fait que renvoyer la lumière solaire. Mais lorsqu’il n’avait plus eut de soleil, il avait cessé d’éclairer. Peut-être était-il donc enfin temps d’apprendre à luire de lui-même. Il se sentait étrange, comme si ces pensées et ces décisions étaient une maladie. Mais une maladie grave qui le tuerait ou bien une bénigne qui le soignerait ? Il n’aurait la réponse qu’en essayant et se promit donc de le faire.


Code by Lorelei J. Lewellyn sur Epicode. NE PAS RETIRER LE COPYRIGHT.


Spoiler:
 

_________________


Merci Samael !
Clique sur la note de musique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glace Eternelle
« La faiblesse de ton coeur est celle de perdre ce qui t'es précieux... » †
avatar

Miaulements : 329
Points : 283
Date d'inscription : 19/08/2012
Age : 20
Localisation : † On the Boulevard of Broken Dreams. †

Identification
Nom du chat: Glace Eternelle
Clan: Fléau
Rang: Guerrier

MessageSujet: Re: With their tanks. And their bombs. In your head, they're still fighting... [PV Désir Inavoué]   Mar 1 Oct - 18:32

...
And you're ask yourself. Where is my mind ?

Glace Éternelle ϟ Désir Inavoué


Il ne me ressemble pas. Nous sommes différents. Je me calme. Respirant calmement, je reprends petit à petit mon sang-froid. Aujourd'hui, exceptionnellement, je l'ai perdu. Je me suis énervé, et j'ai laissé éclaté ma colère. Moi, qui avais décidé de ne plus jamais me laisser emporté. Ici, et face à ce chat, tout avait changé. C'est étrange comme, en quelques minutes, tout avait changé. Avant de le rencontrer, j'espionnais et je me comportais le plus calmement possible. Je n'avais plus qu'un cœur que la glace rongeait. Je n'avais plus rien qu'un visage neutre et sans expression. Seulement, face à ce chat, la glace s'était brisée. Et pendant un instant, j'ai cru revenir à cette époque. Lorsque je pouvais encore sourire. Ou même pleurer. Pendant plusieurs instants, mon adversaire a ouvert mon cœur. Et j'avais l'impression d'en avoir fait de même. Il avait réussit à me faire perdre mon sang-froid. Et je lui avais fais perdre le siens. Tout était si étrange. Seulement, je ne réagis pas. En temps normal, j'aurais du trouver cela impossible. Et je n'aurais pas supporter le fait de m'être laisser emporter. Pourtant, ici et maintenant, je ne réagis pas. Je suis parfaitement calmé. Et je regarde l'autre. Nous venons d'échanger nos histoire. De mêler notre passé. Pourtant, nous avions chacun tenter de tuer l'autre. Et là, sans même avoir dit nos nom, nous nous étions en quelques sortes délivré d'un fardeau peut-être trop lourd pour nous seul. Nous nous regardons. Mais aucun de nous n'est vraiment là. Nous sommes tous les deux dans nos pensées. Finalement, peut-être qu'aucun de nous ne sait vraiment ce qu'il s'est passé.

J'essaye de revenir dans l'instant présent. Chose pourtant assez dur. Il y a tant de pensé que se chevauchent dans ma tête. Je cligne des yeux, et je regarde l'autre chat. Je n'arrive plus à le considérer comme mon "adversaire". Nous nous étions quand même raconté les moments les plus sombres de nos vies. Dès cet instant, je ne le considérais plus comme un ennemi. Juste comme.. Une connaissance. Ou peut-être plus. Je le regarde dans les yeux. Je suis à nouveau frappé par leurs ressemblance face aux miens. C'est vrai. Ils sont parfaitement identiques. Le même bleu glacé. Les mêmes reflets. Ce sont tout simplement les mêmes. Et c'est étrange. Alors que nos pelages expriment deux idées parfaitement opposées, nos yeux en expriment une même. Une seule et unique. Depuis le début de cette rencontre, je ne voulais me concentrer que sur nos différences. Je n'avais aucune raison de penser que nous étions pareils. Pourtant, nos yeux nous rapprochent. D'une certaine manière, ils s’appellent entre eux. Ils s'attirent. Comme un aimant qui vient de trouver sa pair, mes yeux ne lâchent plus les siens. Je ne détourne pas le regard. Je ne m'en sens plus capable. Ses yeux sont pour moi comme le reflet de mon âme. Je les regarde attentivement. Je sens quelque chose de bizarre. Ce que j'ai senti lorsque l'on s'est battu. C'est vrai, j'ai tout de suite su qu'il avait quelque chose de spécial. Nos yeux, identiques. Nos odeurs qui se mélangent. Notre pouvoir, très similaire. Ce que je refusais d'admettre jusque là me parait l'unique vérité possible. Nous ne sommes pas si différent l'un de l'autre. Nous nous ressemblons bien plus qu'il n'y parait.

Et je le regarde. Lui, qui me ressemble. Ses yeux bleus tels des glaciers. Mais qui est aussi différent. Son pelage noir comme la cendre. Je reste là. Pensif. Je ne sais pas comment réagir face à tout ce qui vient de se passer. Je le regarde. Calmement. Je suis calme. Pour une fois. Puis, je remarque sur son visage un petit air que je n'apprécie pas. Je le fixe. Apparemment perdu lui aussi dans ses pensées, l'autre a un air.. amusé. Je ne sais pas ce qui l'amuse. Surtout dans cette situation. Et je ne veux pas savoir. Je n'aime pas ça. Je lui lance un de mes regards de glace. Mais il ne s'en rends surement pas compte. Il me regarde. Il me fixe. Sans vraiment me voir. Encore quelques instants. Un blanc. Puis, sur son visage, se dessine un sourire. Il ne le cache pas. Un rictus moqueur. Que je n'accepte pas. Il se moque ? Il n'a aucune raison de le faire. De ce que j'ai raconté et de ce qu'il m'a raconté. De nos deux histoires, il n'y a rien à en rire. Moi qui pensais que nous nous comprendrions un peu mieux maintenant. Après s'être dis tout ça. J'avais surement tort. Je crois bien que je ne comprendrais jamais, finalement. Il me regarde, toujours amusé, avant d'ouvrir la bouche.

« Sais-tu ce que nous faisons depuis le début ? Sais-tu ce qui est né entre nous dès l’instant où nous nous sommes rencontré, ce qui a grandit lorsque nous avons découvert que nous maîtrisions le même don et ce qui a maintenant atteint sa maturité puisque nous avons tous les deux dévoilé nos vie ? »

Je le regarde, plutôt étonné, pendant quelques instants. Non, je ne sais pas. Et je n'aime pas cette sensation. Ce sentiment d'infériorité. Oui, je me sens faible, à cet instant, face à lui. Pourquoi ? Je ne sais pas vraiment. Peut-être simplement parce que je n'arrive pas à savoir ce qu'il a dans la tête. Je n'arrive pas à comprendre ce qui le fait rire. Je ne comprends pas ce qu'il veut dire en disant "ce qui est né entre nous". Je ne le comprends pas. La seule chose né entre nous est la colère. Alors de quoi voulait-il parler ? Je n'aime pas cette situation. Et j'attends une réponse. L'autre doit être heureux. De me voir ainsi, l'attendant. Attendant une réponse de sa part. De me voir suspendu à ses lèvres, juste pour quelques mots. Il doit apprécier. Pas moi. Et j'ai presque l'impression qu'il se joue de moi. Enfin, il ouvre la bouche. Et la réponse vient. Je ne peux m’empêcher de pousser un léger soupir.

« Nous jouons à un jeu. Et le vainqueur sera celui qui a vécu la pire vie. Tu penses que tu as gagné et je suis persuadé du contraire. Mais si tu réfléchissais un instant, tu comprendrais, tout comme je viens de le saisir, que ni moi ni toi n’est supérieur à l’autre. »

Un.. Jeu ? Est-il sérieux ? Ce que nous faisons depuis le début n'a rien d'un jeu. Je suis prêts à accepter le fait qu'aucun de nous n'est supérieur à l'autre. Mais de là à dire que ce que nous faisons n'est.. qu'un jeu. Il délire. L'autre chat noir fait fondre sa "glace". Peu à peu, tout autour de nous, cette patinoire disparait. Laissant place à une légère rosée. Mes coussinets touchent enfin le sol. Délicatement, je caresse du bout des pattes cette douce herbe. Herbe rendue humide par la magie du chat noir. C'est vrai, je me sens plus à l'aise comme ça. Ce n'est pas la glace en elle-même qui me gênait. Mais j'avais du mal à tenir bien debout. Maintenant au moins, j'ai un appui ferme sur le sol. Il continue de parler.

« Je ne pense pas que quiconque puisse comprendre mon histoire ou la tienne, mais je comprendrais toujours ton sentiment de perte puisque je le vis douloureusement chaque jour depuis la mort de Brume Matinale, ma sœur. Je ne me sens pas supérieur à toi parce que je suis de sang pur. Nous sommes tous des chats, qui que soient nos parents. Le reste se décide par rapport à qui nous sommes nous-même. C’est d’ailleurs en cela que les Domestiques nous sont inférieurs : ils n’ont jamais à souffrir de la faim ou du froid. »

Bien sur que non. Personne ne pourra jamais nous comprendre. Ça c'est évident. Mais lui, me comprendre.. Est-ce qu'il me comprends vraiment ? Il ne sait rien de ce qu'était Amy pour moi. Il s'imagine sans doute qu'elle n'était rien de plus qu'une amie.. Qu'il croit ce qu'il veut. De toute façon, je ne peux pas le comprendre complètement non plus. Mais je reconnais la vérité dans ses paroles. Ce chat noir est loin d'être idiot dans sa tête. Il conclu alors.

« Bref, ce que je veux te dire, c’est que tu ne m’es pas supérieur ou inférieur. Nous nous ressemblons plus que ce que nous pensons et cela se traduit dans notre don. »

Ces dernières paroles affirment encore plus ce que je pense. Oui. Il a raison. Dans le fond, nous ne sommes pas si différents. Malgré certaines oppositions entre nous, nos yeux et notre don nous rapprochent. Nos âmes ont connues des horreurs semblable. Nous avons tous deux vu la mort. Trop jeunes pour l'accepter. Ou pour passer à autre chose. Nous vivons tous les deux dans notre passé. Sans accorder d'importance au moment présent. Nos glaces ont recouverts nos cœurs. Notre don est devenu notre âme. La seule chose qu'il nous reste. Nous n'avons plus de joie. Plus de cœur. Juste un grand vide. Une grande douleur. Un sentiment de tristesse, et de manque. Nous sommes deux âmes pleines de chagrin. Et nous avions toujours existé sans le moindre doute que nous n'étions pas seul. Nous sommes froids, nous ne sommes que glace. Et quand deux cœurs ainsi séparés du monde se rencontrent, quelque chose se passe. Naturellement. Et c'est ce qu'il s'est passé entre nous. Comme il l'a dit. Quelque chose est né entre nous dès que nous nous sommes rencontrés. On s'est cru différents.. Mais en fait, nous sommes pareils. Qui aurait pu croire que deux chats comme nous, qui n'avaient éprouvé que de la haine envers l'autre, se regardent maintenant d'égal à égal. Maintenant, je ne considère plus le matou noir comme un étranger ou un ennemi. Non. Je pourrais presque le considérer comme un.. frère ? Après tout, notre don et nos yeux sont identiques. Nous avons autant de point commun que des frères.. Alors pourquoi nous battions-nous.. Nous refusions d'admettre que nous n'étions pas unique. Mais tout cela c'est du passé. Maintenant, nous sommes égaux. C'est assez ironique. On se fait des leçons de morale. On dévoile nos secrets et nos passés. Mais on ne connait même pas le nom de l'autre. C'est presque amusant comme situation. Le chat noir parle alors, coupant le fil de mes pensées.

« Je pense que plus rien ne sera comme avant pour moi. Je pensais être la personne la plus malheureuse de ces terres, mais tu as vécu autant que moi, ce qui me remet en question. Je ne sais pas si tu comprendras cela, mais as-tu déjà pensé à passer à autre chose ? A chérir la mémoire de cette chatte sans l’oublier, mais sans gâcher ta vie pour elle ? Moi, je n’ai jamais cessé de servir mon clan pour être utile malgré le vide que je sentais en moi. Mais j’aimerais combler ce vide qui devient trop lourd à porter. Je ne serais définitivement délivré que lorsque mon ancienne mentor sera morte de mes griffes, mais je tiens à te dire ce que notre rencontre m’a inspiré. Je ne pense pas que tu le comprendras. Moi, j’ai encore plus longtemps dépendu de ma sœur que toi de ton ange, comme tu l’appelles, cependant, j’ai plus senti son départ. Je ne veux pas être idiot, je veux pouvoir être assez fort pour surmonter cela. Je ne sais pas si j’en serais capable, je ne sais même pas si qui que ce soit en serait capable. Mais je me dois d’essayer. »

Non c'est vrai. Rien ne sera plus comme avant. Cette rencontre m'a changé, plus que je ne l'aurai cru. Je pense à ce qu'il vient de me dire. Lui a au moins eu un clan qui comptait sur lui. Je l'envie presque pour ça. Je pense que j'aurais du le rencontrer plus tôt. Cela aurait été mieux.. Pour nous deux. Mais bon. Passer à autre chose ? J'ai bien essayer. Mais c'est impossible. Je ne peux pas me séparer de mon passé. Il est tout ce qu'il me reste. Il est vrai que notre rencontre a fait que mon cœur s'est un peu plus ouvert. Mais passé à autre chose.. Est surement un changement trop dur pour moi. Finalement, sous cette couche de glace, je suis un faible.. Lui s'en sent peut-être capable. Mais moi, j'ai bien peur de ne pas être assez fort pour surmonter cet obstacle. Je le regarde attentivement. Je ne sais vraiment pas quoi lui répondre. Je ne vois rien à répondre à tout ce qu'il vient de me dire. Que puis-je dire de plus ? Je pense à Amy. Et quelques mots me viennent. Je les dis.

« Lorsque deux âmes se rencontrent, quelque chose né entre elles.. C'est ce qu'il s'est passé avec nous. Sans nous en rendre compte, nous étions liés de part nos dons. Nous avons échangé nos histoires et nos passés, un peu comme deux chats échangent leurs noms lorsqu'ils se rencontrent. Nous ne sommes en effet pas si différents, et nous avons même plus de points communs. Nous sommes semblables. Un peu comme.. J'hésite à le dire. Je me lance. Des frères. Nos âmes se ressemblent et se comprennent... Notre rencontre m'a fait comprendre bien des choses. »

Je le regarde dans les yeux. Je n'ai rien d'autre à répondre. Je ne trouve rien à dire. Ici, entre nous, tout a été dit. Passé. Sentiment. Même le don. On connait tout de l'autre. On sait tout. Alors qu'ajouter ? Que dire de plus. Rien. Ou plutôt si. Une chose. Juste une petite. Quelque chose qu'on aurait surement du se dire dès le début. Mais qui est resté secret. Je m'assois. Je le regarde dans les yeux. Pendant quelques instants. Je ne dis rien. Je ne fait que le regarder. Je scrute ses yeux. Sans vraiment savoir ce que je cherche. Puis j'ouvre la bouche. La dernière chose encore secrète entre nous.

« Je m'appelle Glace Éternelle. »

Nos noms. Je ne bouge plus. Je ne dis plus rien.


© MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL



Spoiler:
 

_________________



Étoile de la Licorne :
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Désir Inavoué
Chaton Sage
avatar

Miaulements : 49
Points : 91
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 21

Identification
Nom du chat: Désir Inavoué
Clan: Eau
Rang: Guerrier

MessageSujet: Re: With their tanks. And their bombs. In your head, they're still fighting... [PV Désir Inavoué]   Lun 9 Fév - 15:51

Hello ♫
~ Petit mot d'excuse ~

Je tiens à m'excuser de ma totale inactivité, il me semble que cela fait un ou deux ans que je n'ai plus RPé, ce RP-ci constituant le dernier auquel je me suis accrochée. Je suis un peu dégoutée d'avoir perdu tout intérêt pour le RP au moment où on faisait celui-ci, et je m'étais entêtée à le poursuivre, mais forcément j'ai pas tenu ! Je suis désolée, donc, je ne pense pas répondre, mais j'aurais adoré voir la fin de ce RP... Tu écris vraiment bien malgré quelques erreurs, j'espère que tu n'as pas fait comme moi et que tu écris toujours.

Bonne continuation à toi, si tu veux prendre contact avec moi, essaie de récupérer mon mail auprès au staff (à moins que tu en fasses partie ?), ça me ferait très plaisir de discuter avec toi ! Bisous ~

Ombre Lune

Code by Lorelei J. Lewellyn sur Epicode. NE PAS RETIRER LE COPYRIGHT.

_________________


Merci Samael !
Clique sur la note de musique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: With their tanks. And their bombs. In your head, they're still fighting... [PV Désir Inavoué]   

Revenir en haut Aller en bas
 
With their tanks. And their bombs. In your head, they're still fighting... [PV Désir Inavoué]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» WIP-Kasseurs de tanks
» Kasseurs de tanks
» Kasseurs de tanks
» Ptit tournoi World of tanks (le premier)
» mon premier Ork

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic Cats :: Rps :: Clan de l'eau :: Territoires :: Les ruisseaux du Dragon-
Sauter vers: